El Barrio (ort i Mexiko, San Luis Potosí)

Posted by darren - marzo 31st, 2017

El Barrio är en ort i Mexiko. Den ligger i kommunen Xilitla och delstaten San Luis Potosí, i den centrala delen av landet mens football shirts, 210 km norr om huvudstaden Mexico City. El Barrio ligger 933 meter över havet och antalet invånare är 107.

Terrängen runt El Barrio är varierad. Den högsta punkten i närheten är Cerro Xilitlilla hydration waist belt, 1 642 meter över havet design own football shirt, 1,9 km nordost om El Barrio. Runt El Barrio är det ganska tätbefolkat, med 90 invånare per kvadratkilometer. Närmaste större samhälle är Xilitla, 7,0 km öster om El Barrio. I omgivningarna runt El Barrio växer i huvudsak blandskog. I trakten runt El Barrio finns ovanligt många namngivna berg.

Årsmedeltemperaturen i trakten är 16 °C. Den varmaste månaden är juni, då medeltemperaturen är 19 °C, och den kallaste är februari, med 12 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 1&nbsp aquapak;286 millimeter. Den regnigaste månaden är september, med i genomsnitt 365 mm nederbörd, och den torraste är januari, med 23 mm nederbörd.

Etiquetas: , , ,

2940 Bacon

Posted by darren - marzo 31st, 2017

2940 Bacon, also designated 3042 P–L 5s case waterproof, is an asteroid from the asteroid belt that was discovered on September 24, 1960 by Cornelis van Houten, Ingrid van Houten-Groeneveld and Tom Gehrels at Palomar Observatory in San Diego County best cfb uniforms, California. The asteroid orbits the Sun at a distance of 2.1–3.4 AU once every 4 years and 8 months (1,696 days). The orbit is rather eccentric (0.24).

The designation P–L stands for Palomar–Leiden, named after Palomar Observatory and Leiden Observatory, which collaborated on the fruitful Palomar–Leiden survey in the 1960s. Gehrels used Palomar’s Samuel Oschin telescope (also known as the 48-inch Schmidt Telescope), and shipped the photographic plates to Cornelis Johannes van Houten and Ingrid van Houten-Groeneveld at Leiden Observatory. The trio are credited with several thousand asteroid discoveries.

It was named in honour of English scholar Sir Francis Bacon (1561–1626). He has been called the father of empiricism and his works established and popularized the scientific method best hydration pack for running.

Etiquetas: , ,

Alkymi

Posted by darren - marzo 31st, 2017

Alkymi (eller alkemi) er en tidlig videnskabelig og filosofisk praksis, der kombinerer kemi, metallurgi, fysik, medicin, astrologi, semiotik, mystik og kunst. Alkymi blev praktiseret i mange tidlige kulturer som i Egypten, Indien, Kina, Illyrien, Romerriget, i den muslimske kultur og – nok mest kendt – i Europa fra middelalderen op til det 19. århundrede i et kompleks netværk af skoler og filosofiske systemer, der strækker sig over mere end 2500 år.

Praksissen er mest kendt for de middelalderlige alkymisters forsøg på at frembringe guld ved forskellige kemiske reaktioner og legeringer. De søgte også at opdage livseliksiren, som kunne forlænge livet. Men deres stræben efter det fuldkomne gjaldt også stræben efter åndelig fuldkommenhed, som de søgte at opnå gennem foreningen af modsatte elementer (de fire elementer ild, jord, luft og vand.) Ud over læren om de fire elementer, fulgte alkymisterne også læren om de tre principper. De tre principper var først og fremmest kviksølv og svovl. Kviksølv som var metallet, og svovl medførte, at kviksølvet rustede. Paracelsus tilføjede princippet salt. Helt op til 1700-tallet var der dødsstraf for at kritisere læren om de fire elementer og de tre principper.

Ordet alkymi har en etymologi, der over latin, arabisk og oldgræsk er beslægtet med ordet kemi.

Dansk har lånt ordet fra middelalderlatin alchimia, der igen har ordet fra det arabiske الخيمياء al-khīmīyaˀ. Førsteleddet ال al er den arabiske bestemte artikel, medens خيمياء khīmīyaˀ sandsynligvis enten er et lån fra oldgræsk χυμεία khymeía “kunsten at legere metaller” best sweater depiller, hvorfra vi også har det moderne ord kemi, eller fra det persiske kimia “guld”.

Et tredje bud er, at al-khīmīyaˀ i stedet betyder “den egyptiske [videnskab]”, idet khīmīyaˀ da skulle være lånt ind i arabisk fra koptisk ⲪⲧⲬⲤ kēme “Egypten”, der igen via det demotiske kmi stammer fra det oldægyptiske kmt “Egypten, det sorte [land]” (nemlig modsat den omkringliggende “røde” ørken).

Den vestlige alkymi har et af sine væsentligste udspring i den såkaldte hermetiske tradition, der dateres til hellenistisk tid, og særligt i den oprindeligt arabiske Tabula Smaragdina, Hermetikkens bibel, som føres tilbage til den mytiske Hermes Trismegistos, en synkretistisk græsk-egyptisk guddom og legendarisk alkymist. Det har medført, at begrebet alkymi ofte blandes sammen med magiske forestillinger, jagten på de vises sten, der skulle kunne bruges til at omdanne metaller – og en drøm om at lave guld.

Men mange af Middelalderens alkymister var seriøst arbejdende kemikere. De var henvist til at arbejde ud fra tidens religiøse og magiske forståelsesramme, og de måtte bygge på den viden, som var tilgængelig. Alkymien var en holistisk åndsretning, hvor argumentation og bevisførelse afhang af evnen til at påvise sammenhænge mellem de kemiske stoffer og de fire temperamenter, de fire elementer, kosmologien og gudstroen.

Mange af alkymisterne støttede sig til gnostiske skrifter og til kabbalaen, og de var overbeviste om, at astrologiske forhold havde betydning for stofferne og menneskenes temperamenter. En del var svindlere, der søgte at udnytte tidens overtro og frygt for det ukendte til egen vinding. Flere alkymister blev anklaget for hekseri, sort magi, trolddom og indstævnet for inkvisitionen.

Det lykkedes for alkymisterne at lægge en solid basis for den senere, objektive kemiske videnskab. Så sent som i 1700-tallet udgav Johann Becker et prisværdigt værk om mineralogi, Physica Subterranea – og mente, at han under de rigtige omstændigheder kunne gøre sig selv usynlig.

Kong Frederik 3. var selv optaget af alkymi, og han greb til metallerne, som da Sølvgade fik sit navn. Han ejede Kongsberg sølvværk i Norge, og satte sin lid til, at sølvet derfra ved alkymi kunne omdannes til guld. Kongen havde en alkymist ved navn Giuseppe Francesco Borri, der arbejdede i et laboratorium i Rigensgade. Derfor hed Garnisonshospitalet Guldslottet, og soldaterne, der lå der som patienter, fik det omdøbt til Grødslottet.

Borri havde været under den abdicerede dronning Kristinas beskyttelse, da han var eftersøgt af inkvisitionen. I Rom skal han være dukket op i haven hos en anden alkymist, markien Massimiliano Palombara, for at samle urter. Han bad også om husly, og om at se markiens laboratorium. Borri bragte så urterne til at koge i en gryde, og lovede at fortælle markien om udfaldet af eksperimentet næste dag. Men da var fuglen fløjet, og alt, der var at se, var en væltet gryde og en stribe purt guld. Man skal imidlertid også have fundet nogle efterladte papirer med tegn og symboler, gådefulde ord på latin og hebraisk. Dem lod Palombara skære ind i væggene på sin villa og på Porta Ermetica, den magiske port, der stadig kan ses på Piazza Vittorio i Rom.

Øverst på døren er der et emblem af to triangler, der danner en sekstakket stjerne. Den øverste står for ild, maskulinitet, guld og solen, mens den nederste symboliserer vand, feminitet, sølv og månen. Dante, som også var alkymist, lod i sit værk Den guddommelige komedie døren til skærsilden åbnes af to nøgler – en af guld og en af sølv. Den af guld er mest værdifuld, men den af sølv er den, der faktisk åbner porten.

Borri, der var født i Milano i 1625 og uddannet ved jesuitternes seminarium i Rom, var nået til Amsterdam, da Frederik Gyldenløve opfordrede ham til at tage til København the best bottles, hvor der ventede en bekvem tilværelse med fire opvartende tjenere. Han blev efterspurgt som læge, og skulle i 1668 have reddet Frederik Gyldenløve fra døden. Men kongen kunne Borri ikke frelse, og efter hans død fik alkymisten udfærdiget et rejsepas, så han kunne forlade landet. Han blev anholdt i Tyskland, og sad fængslet i Engelsborg til sin død i 1695.

Hvor udbredt alkymi var blandt de veluddannede, fremgår også af historien om Raimondo di Sangro, prins af Sansevero, født i 1710. Også han var uddannet hos jesuitterne i Rom. Di Sangro blev kendt for sine alsidige opfindelser, lige fra den vandtætte regnfrakke, han lavede til sin ven, kong Carlo 4. af Napoli, til en kanon med længere rækkevidde end hidtil. Hans kapel er kendt i dag, særlig for statuen “Kristus med slør”.

I en brochure fra 1766, sandsynligvis skrevet af prinsen selv, står at læse: “I kapellet kan man se to anatomiske maskiner, dvs skeletter, et mandligt og et kvindeligt, dannet ved indsprøjtninger”. På samme måde som di Sangro rejste rundt i omegnen og købte drenge med god sangstemme for at lade dem kastrere til brug i kirkekoret, havde han behandlet to mennesker – kvinden var gravid – så deres blodårer og indvendige organer stadig er perfekt bevaret. Kvindens øjne er vidåbne og intakte. I 1950’erne fremgik det af analyser, at de døde var injiceret med flydende metal, et århundrede før injektionssprøjten blev opfundet. For lokalbefolkningen var dette så afskrækkende, at de korsede sig, bare prinsens navn blev nævnt, og mente, han kunne vise sig flere steder på én gang, kunne gå på vandet, og havde solgt sin sjæl til djævelen for at opnå evig ungdom.

I 1661 udkom det første værk, der skilte mellem alkymi og kemi, nemlig The Sceptical Chymist af Robert Boyle ved Oxford.

I Inferno fortæller August Strindberg om sine egne, klodsede eksperimenter med alkymi. På sit værelse i Paris eksperimenterede han med bly og kisel, inspireret af to papirsedler, han havde fundet ved en statue i byen. På den ene seddel stod tallet 207, på den anden 28, og det mindede ham om, at bly har 82 protoner og 125 neutroner i atomkernen, altså lige 207 nukleoner, mens kisel indeholder 14 protoner og 14 neutroner, altså lige 28. Strindberg havde ikke held til at frembringe guld.

Nogle mener, at alkymisternes arbejde skal forstås åndeligt, således at det var et forsøg på at opnå en sprituel forvandling, hvor målet blandt andet var at blive et helt, og åndeligt talt androgynt menneske. Blandt andre arbejdede Carl Gustav Jung og Jes Bertelsen i flere år med alkymi ud fra en sådan psykisk anskuelse. En af Jungs patienter, der blev kaldet “Solfallos-manden”, havde visioner om solen udstyret med en stor, hængende penis, der fremkaldte vinde. Dette fallosbillede havde en slående lighed med en illustration, Jung havde mærket sig i en litur fra Mithraskulten fra senantikken. Jung kom flere gange tilbage til, at patienten ikke kunne have kendt til den aktuelle Mithras-tekst, før han fik sine syner med solsymbolet – selv om Jung må have vidst, at teksten for længst var oversat og udgivet, så Solfallos-manden kunne have læst den. Men han var hovedbeviset for eksistensen af det kollektivt ubevidste, og Jungs tolkning af alkymi afhang af den teori – så Jung holdt fast ved, at teksten var ukendt for patienten.

Fritz Haber, der modtog nobelprisen i kemi i 1918, mødte under ceremonien i Stockholm den svenske kemiker Svante Arrhenius, som satte ham på tanken om at udvinde guld af havvand. Haber viede sig nu til ideen. Efter 1. verdenskrig blev Tyskland afkrævet 33 mia

New Yorkbulls Away WRIGHT-PHILLIPS 99 Jerseys

New Yorkbulls Away WRIGHT-PHILLIPS 99 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. USD i krigsskadeerstatninger, og Haber regnede ud, at det tilsvarede 500.000 tons guld. På grundlag af tidligere analyser af saltvand, kom han til, at der findes 8 mia. tons guld i verdenshavene. Nogle få procent ville være nok til at dække gælden. Desværre undersøgte Haber ikke, om der var hold i de tal, han opererede med.

I årene 1923-26 blev der indhentet vandprøver i flasker fra Habers kontakter over hele verden: 10.000 flasker fra tyske skibskaptajner, naturforskere og udenlandske fiskerimyndigheder. Et passagerskib på Hamburg-Amerika-linjen fik indrettet et laboratorium om bord. De bedste resultater kom fra kysten af Spanien, der indeholdt 9 milligram pr. ton havvand. Men gennemsnittet ligger på ca. 10 mikrogram pr. ton, og det er alt for lidt – så i 1926 opgav Haber sit projekt. Men muligvis tjente det som inspiration for Franz Tausend (1884-1942), der kom fra Bayern, og havde været assistent på en kemisk fabrik i Hamburg længe nok til, at han skaffede sig gode kundskaber i kemi.

I 1922 udgav han hæftet 180 elementer, deres atomvægt og plads i det harmonisk-periodiske system. I dag kendes 118 grundstoffer i det periodiske system, men i Tausends “harmonisk-periodiske” system var der tale om 180 “elementer” i en “symfonisk kemi”. Tausend mente, at alle elementer har deres egen vibrationsrate, knyttet til atomkernens vægt, og ringene af elektroner. Hvis han indsatte “harmoniske kemiske blandinger, kunne elementet selv forandres”. Han mente, at metaller stræber efter perfektion med guld som det fuldkomne mål, og vokser som planter, hvis de behandles rigtigt, ligesom antikkens grækere periodevis forseglede minerne, så metalårerne fik tid til at “vokse ud” igen.

Tausend var en moderne alkymist og prøvede at lave aluminium og tin af ler, samt udvikle en medicin mod mund- og klovsyge, uden at nogen viste interesse. Men så læste han en annonce i en af Münchens aviser, hvor en 21-årig medicinstuderende, Rudolf Rienhardt, tilbød at investere et stort beløb i kemisk industri, på vegne af en rig preussisk godsejerfrue. Tausend fik nu indrettet et laboratorium, og i 1925 talte han for første gang om at transmutere uædelt metal til guld.

Rienhardt, der var tysk patriot med baggrund i Stahlhelm, bad Tausend om at tage kontakt med Paul von Hindenburg, for her havde han en økonomisk mulighed for at genrejse den tyske nation. Tausend blev afvist på Hindenburgs kontor, men Erich Ludendorff razor for clothes, der havde været Hindenburgs højre hånd under første verdenskrig, tog imod ham og indgik allerede i oktober 1925 kontrakt med Tausend om oprettelsen af en aktieselskab ved navn “Selskabet 164” (tallet 164 var guldets nummer i Tausends system). Ludendorff sikrede sig næsten fuld kontrol over selskabet og frie hænder til at bruge selskabets likvide midler til “patriotiske formål”. I virkeligheden brugte han investorernes penge til at nedbringe egen gæld, og ved nytår 1926/27 trak han sig ud af selskabet under henvisning til “svigtende helbred”. Han overførte alle rettigheder til Tausend, der brugte investorernes penge til at købe ejendomme op, som regel i sin kones navn.

I et afsidesliggende laboratorium uden for Gilching i Oberbayerns skove skulle han producere guld, men snart begyndte assistenterne at undres over, at han altid måtte være til stede under processen. Tausends første eksperiment i stor skala kom først 16. juni 1928, da han frembragte 723 gram guld fra en smeltet blyklump, og investorerne var nu blevet utålmodige. I foråret 1929 blev han varetægtsfængslet i München, anklaget for svindel, og før retssagen blev han sat til at demonstrere, om han virkelig kunne frembringe guld. Det mislykkedes under det første eksperiment, mens det næste resulterede i et guldkorn på 0,10 gram fra en blyprøve på 1,67 gram. En betjent bemærkede dog, at Tausends fyldepen forsvandt, og kunne have indeholdt et medbragt guldkorn.

Under retssagen skånede dommeren de mest fremtrædende ofre for svindelen; Ludendorff blev ikke engang indstævnet. Tausend bedyrede sin uskyld, men anklagerens kronvidne, den italienske professor Sestini, afslørede, at Tausend i oktober 1928 havde tilbudt den italienske stat hemmeligheden om, hvordan han lavede guld. Sestini blev anmodet om at se på sagen, og under en demonstration på Tausends slot i Tyrol, så han tydelig svindleren tilsætte guld i opløsningen. Tausend lo det væk i retten, og påstod, at det Sestini så ham slippe ned i opløsningen, var hans hemmelige ingrediens og ikke selve guldet. Dommen lød på tre års fængsel, som ikke afskrækkede ham fra at fortsætte, da han kom ud igen. I 1938 blev Tausend på ny dømt for bedrageri, og sad bag tremmerne, da han døde i 1942.

Etiquetas: , , ,

Robert W. Larrow

Posted by darren - marzo 31st, 2017

Robert W. Larrow (April 27, 1916–August 2, 1991) was an American attorney, politician, and judge from Vermont. He served as an associate justice of the Vermont Supreme Court for seven years. The Vermont Encyclopedia describes him as “among a small group that led to the revitalization of the Vermont Democratic Party in the 1950s and 1960s, ending the Republican hegemony in Vermont.”

Larrow was born in Vergennes, Vermont, on April 27, 1916. He attended the Vergennes schools and graduated from the College of the Holy Cross and Harvard Law School, receiving his law degree in 1939.

Larrow served as Burlington city attorney for nineteen years, from 1944 to 1963. He was elected to the Vermont House of Representatives in 1949, serving until 1951.

Larrow unsuccessfully ran for governor in 1952 against incumbent Lee E. Emerson. At the time, Larrow was thirty-six years old and known for being “bright and articulate,” with “considerable energy and drive despite his Sydney Greenstreet-like girth.” With his “diligent work habits and sharp wit, Larrow ran a vigorous campaign”: he lost, but received 60,051 votes, some 40 percent of the vote: a record high for a Democratic candidate for governor, and nearly 40 youth soccer goalie,000 more votes than the Democratic candidate had received in 1950 Paul Frank T-shirts Men. Larrow’s run was the first time in decades that a Democrat had actively and credibly campaigned for governor, and a sign of the resurgence of the Democratic party in Vermont after decades of Republican dominance.

He ran as the Democratic candidate for state attorney general in 1962, on a ticket with Philip H clemson football uniforms. Hoff; Larrow lost to Charles E. Gibson Jr., but Hoff won, becoming the first Democratic governor of Vermont in more than a hundred years. The next year, Larrow unsuccessfully ran for mayor of Burlington.

Larrow was chairman of the State Liquor Control Board from 1963 to 1966, and a Superior Court judge from 1966 to 1974

Larrow became an associate justice of the Vermont Supreme Court in 1974. He was the last state supreme court justice in Vermont to be elected by the Vermont General Assembly; an amendment to the Vermont Constitution gave the power of appointment to the governor.

Larrow retired from the state supreme court in 1981, after seven years on the bench, at the age of sixty-five. Vermont Chief Assistant Attorney General Louis Peck was appointed to replace him.

Larrow died on August 2, 1991 at the age of seventy-five, after a long illness. He was survived by his wife, Marion, five daughters and three sons, thirteen grandchildren, and two great-grandchildren. Larrow was buried at New Mount Calvary Cemetery in Burlington.

Etiquetas: , ,

Santi Millán

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Santiago Millán Montes (13 September 1968, Barcelona), professionally known as Santi Millán, is a Spanish actor, showman and television presenter.

Millán studied theatre at Colegio del Teatro in Barcelona and in 1989 he joined theatre company La Cubana. In 1999 he left La Cubana and he joined Andreu Buenafuente’s late night show La Cosa Nostra on TV3, playing the role of a reporter called Paco Monteagudo. Thanks to his collaboration with Buenafuente, in January 2001 he was cast in late night show La última noche on Telecinco, cancelled after a few weeks. By the end of the year he went back to TV3 to lead along with his friend José Corbacho the improvisational comedy show A pèl. He also worked with Corbacho in his return to theatre with the play 5hombres.com. In this period, Millán was also featured in the radio show El Terrat, hosted by Andreu Buenafuente on Radio Barcelona (Cadena SER).

In 2002 Millán landed a role on national television in the series Periodistas stainless steel toddler water bottle, produced by Globomedia for Telecinco baby football shirts, playing photojournalist Pep. After the end of the series, Millan was hired by the same production company to play the role of Sergio Antúnez in the sitcom Siete Vidas, also aired on Telecinco. At the same time, he appeared in Catalonia on Buenafuente’s new late night show Una altra cosa.

Capitalising on his television fame, he started a career in cinema: Vivancos 3 (2003), Di que sí (2004) and his first dramatic role, Amor idiota (2005), which was followed by comedy Va a ser que nadie es perfecto (2006).

In 2005 Millán collaborated with Andreu Buenafuente in the first season of his first venture on national television, Buenafuente. The next year, he produced (with El Terrat) and starred in the TV series Divinos, aired on Antena 3 and cancelled after two episodes due to poor ratings.

In 2007 he left El Terrat and created his own production company, Zoo Partners Entertainment (Zoopa). On 10 October 2007, he premiered on TV3 the first show hosted by him, Boqueria 357, which aired until March 2008. He came back with a spin-off in Summer 2008, titled Boqueria After Sun. In the same period, Millán starred in the television series LEX on Antena 3, alongside Javier Cámara and Nathalie Poza.

From April to June 2010, Millán hosted late night show UAU! on Cuatro.

In 2012, Millán starred in the drama television series Frágiles on Telecinco, and was hired by variety show El Hormiguero on Antena 3 as a new collaborator.

In 2014, the comedy television series El chiringuito de Pepe premiered on Telecinco, starred by Millán, Jesús Bonilla and Blanca Portillo. On 26 August 2015, Millán was announced as the host of Got Talent España.

In 2009 Milán married actress Rosa Olucha, with whom he has two children: Ruth and Marc.

Etiquetas: ,

Alice Eve

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Alice Eve le 16 mai 2012.

Alice Sophia Eve est une actrice britannique, née le à Londres.

Alice Eve a commencé sa carrière au théâtre, ainsi que dans des productions de la BBC. Elle est surtout connue pour les rôles de Molly McCleish dans Trop belle !, de Erin dans Sex and the City 2, et du Dr Carol Marcus, dans Star Trek Into Darkness.

Alice Eve est née à Londres. Elle est la fille de Trevor Eve et de Sharon Maughan, tous deux acteurs. Elle a deux plus jeunes frères, Jack et George, et a été élevée au Royaume-Uni et à Los Angeles, aux États-Unis. Elle a obtenu son A-level à l’école de Westminster, à Londres. Pendant son année sabbatique, elle a suivi les cours de l’école d’acteurs et d’actrices Beverly Hills Playhouse, puis a étudié l’anglais au St Catherine’s College (en), à l’université d’Oxford. Pendant sa période à Oxford, elle est apparue dans diverses productions étudiantes, dont une adaptation d’Un mari idéal.

Alice Eve a commencé par faire des apparitions dans des téléfilms comme The Rotters’ Club, Hercule Poirot et Hawking, ainsi que dans le film Stage Beauty (2004).

En 2006, elle a joué un rôle important dans deux films : Starter for 10 et Big Nothing. Elle a passé le début de l’année 2006 à travailler en Inde sur un téléfilm en deux parties intitulé Losing Gemma, qui porte sur les routards.

Alice Eve est apparue dans deux pièces de théâtre mises en scène par Trevor Nunn. En 2006, elle était à l’affiche de Rock ’n’ Roll, une nouvelle pièce de Tom Stoppard, au Royal Court Theatre et a repris son rôle en 2007 dans l’adaptation à Broadway. Pour sa performance, elle a été nommée aux Whatsonstage.com Theatregoers’ Choice Awards dans la catégorie « Meilleure actrice dans un second rôle ». En 2009, elle a incarné Roxane dans la pièce Cyrano de Bergerac, au festival de théâtre de Chichester.

En 2010, elle est révélée par deux comédies américaines&nbsp school team uniforms;: tout d’abord en incarnant la sublime Molly après laquelle court le jeune héros incarné par Jay Baruchel, dans le film Trop belle !, de Jim Field Smith. Mais aussi grâce à une apparition dans le succès commercial Sex and the City 2, dans lequel elle prête ses traits à la trop séduisante nounou irlandaise de Charlotte, Erin.

L’année d’après, elle poursuit sa collaboration avec la chaîne HBO en apparaissant dans les quatre derniers épisodes de la série télévisée Entourage. Elle confirme aussi dans la comédie romantique, en tenant le premier rôle féminin de la production britannique The Decoy Bride (en), aux côtés de David Tennant et Kelly Macdonald.

Elle rejoint successivement plusieurs grosses franchises, lui permettant d’être associées à de gros succès internationaux : tout d’abord en 2012, en incarnant l’agent O jeune (en 1969), dans le blockbuster de science-fiction Men in Black 3, de Barry Sonnenfeld ; puis l’année d’après, en prêtant ses traits au Dr Carol Marcus, qui attire le regard du séducteur James Kirk, dans Star Trek Into Darkness, de J.J. Abrams.

Parallèlement, elle continue à se diversifier : en décrochant les premiers rôles féminins du thriller L’Ombre du mal, aux côtés de John Cusack, et du film d’horreur ATM, tous deux sortis en 2012 ; puis en donnant la réplique à Bryan Cranston dans un autre thriller, Cold Comes the Night, sorti en 2013.

La même année, elle participe au clip de Paul McCartney Queenie Eye tourné dans les studios Abbey Road.

En 2014, elle revient à la comédie, avec le film indépendant Dirty Weekend, de Neil LaBute, dans laquelle elle a pour partenaire Matthew Broderick, puis en partageant l’affiche de Before We Go, première réalisation de l’acteur Chris Evans, dont la sortie est finalement programmée en 2015. Ces projets passent inaperçus.

Elle ne peut cependant pas compter sur la suite de Star Trek : Into Darkness, son seul succès critique pour la décennie. Le co-scénariste du script du troisième opus de la franchise glass water bottle with lid, Star Trek : Sans limites, confirme en effet le choix d’écarter son personnage, pour introduire plutôt un nouveau protagoniste féminin incarné par la française Sofia Boutella. Le blockbuster, dont la réalisation a été confiée par J.J. Abrams à Justin Lin, sort durant l’été 2016 sur les écrans du monde entier. Un quatrième opus est d’ores et déjà annoncé, marqué par le retour de Chris Hemsworth dans le rôle du père de Kirk.

Cette même année, Alice Eve est à l’affiche de deux nouveaux thrillers, Criminal et Beyond Deceit. Les films sont des flops critiques stainless water container.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé «  » ().

Etiquetas: , ,

Buen calentamiento para sprinting

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Un buen calentamiento es una parte importante de cualquier tipo de rutina de ejercicios.El calentamiento se afloja y calienta tus músculos, disminuyendo el riesgo de lesiones.El rapido ritmo de Sprint pide acción rápida de los músculos.Los rápidos tiempos de carrera puede causar tensiones musculares y de ligamentos, si no están debidamente calentado.Un buen calentamiento para velocistas incluye estiramientos y ejercicios para conseguir tus músculos en movimiento y a afinar su forma en la pista.
Jog durante al menos 20 minutos o dos vueltas alrededor de la pista antes de comenzar a correr.Un Slow Jog eleva tu ritmo cardiaco y eleva la temperatura de su cuerpo, preparando para el arduo entrenamiento de Sprint que sigue.Usted debe estar sudando ligeramente pero no empapada de sudor en el final de tu jog.
Aflojar sus tendones y músculos de la pantorrilla con un modificado vallista Stretch.Siéntate en el suelo con la pierna izquierda hacia fuera delante de usted.Doblar tu rodilla derecha hasta la planta de su pie derecho se presiona contra su muslo izquierdo.Manteniendo la espalda recta, doblar en la cintura y tratar de tocar los dedos de su pie izquierdo.Mantenga la posición durante 15 a 30 segundos.Completar dos a cuatro repeticiones con cada pierna.
Estirar los musculos de sus pies y tobillos con peep toe de taladros.Tomar un paso adelante, aterrizando en el talon de tu pie delantero.Al mismo tiempo, subete en los dedos de su pie trasero.Use un movimiento de balanceo para transferir tu peso desde el talón a la punta para cada paso.Realizar el talón, punta broca para unos 20 metros o de 65 pies

Real Madrid Equipo Del Club Fútbol Chaqueta

Real Madrid 2015-16 Negro Equipo Del Club Fútbol Chaqueta

BUY NOW

€192.99
€57.99

, aproximadamente una quinta parte de la de inmediato en una pista de 400 metros.
Ampliar el rango de movimiento en las caderas con “a” marchas.Caminar con exagerada pasos, llevando las rodillas hacia tu cintura.Trae a tus brazos con los codos doblados y los dedos apuntando hacia el cielo cada vez que levanta tu rodilla.Tambien puede acelerar su ritmo con un salto.Completa 20 metros de una de las marchas o salta.Este ejercicio tambien ayuda a mantener y perfeccionar la posición correcta de un velocista.
Hacer frente y lateral estocadas como parte de un sprint de calentamiento.Tome un paso con una pierna delante de la otra.Ambas rodillas deben doblarse, pero no deje que la rodilla trasera toque el suelo.Equilibrio en la posicion de la estocada para tres segundos antes de cambiar las piernas

Dortmund Señora Fútbol Stocking Negro Amarillo en l

Dortmund 15-16 Negro Amarillo Acrílico Fútbol Stocking

BUY NOW

€35.99
€10.99

.Tomar pasos laterales con ambas rodillas flexionadas y la espalda recta para completar lateral estocadas.Los movimientos laterales mejoran el equilibrio cuando corriendo alrededor de las curvas, como en una carrera de 200 metros.
La práctica aceleraciones como la última parte de un sprinter es el calentamiento.Sprint todo por 10 metros y parada.Sprint de 20 metros de lado y luego correr a máxima velocidad durante 30, 40 y 50 metros.Después de las aceleraciones, eres calentado apropiadamente y puede trabajar en tu técnica para reles, vallas u otros eventos de Sprint.

Etiquetas: ,

Bataille de Metz

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Grenadier allemand avec son Panzerschreck, à Maizières-lès-Metz, le 27 octobre 1944.

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front d’Europe de l’Ouest
Campagnes du Danemark et de Norvège · Bataille de France · Bataille de Belgique · Bataille des Pays-Bas · Bataille d’Angleterre · Blitz · Opération Ambassador · Débarquement de Dieppe · Sabordage de la flotte française à Toulon · Bataille aérienne de Berlin · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · 2e campagne de France · Bataille de Metz · Opération Market Garden · Bataille du Benelux · Bataille de la forêt de Hürtgen · Bataille d’Overloon · Bataille de l’Escaut · Poche de Breskens · Bataille d’Aix-la-Chapelle · Bataille de Bruyères · Bataille des Ardennes · Bataille de Saint-Vith · Siège de Bastogne · Opération Bodenplatte · Opération Nordwind · Campagne de Lorraine · Poche de Colmar · Campagne d’Allemagne · Raid de Granville · Libération d’Arnhem · Bataille de Groningue · Insurrection de Texel · Bataille de Slivice · Capitulation allemande

Front d’Europe de l’Est

Campagnes d’Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Bataille de l’Atlantique

Guerre du Pacifique

Guerre sino-japonaise

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Géolocalisation sur la carte : Moselle

La bataille de Metz opposa la 1re armée du général Knobelsdorff à la 3e armée du général Patton durant la Seconde Guerre mondiale.

Point d’orgue de la campagne de Lorraine, la « bataille de Metz » se déroula du 27 août au 13 décembre 1944, dans l’ouest mosellan, entre Thionville au nord et Pont-à-Mousson au sud. L’attaque de l’ancienne place forte du Reich par la IIIe armée américaine rencontra une forte résistance de la défense allemande, et se solda par de lourdes pertes de part et d’autre de la ligne de front. La ville fut prise le 22 novembre 1944, mais certains forts de Metz ne déposèrent les armes qu’en décembre 1944. La bataille se termina par la victoire des Alliés, et par la reddition des forces allemandes dans ce secteur du front.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Metz est une ville fortifiée, située entre les rivières de la Moselle et de la Seille. Outre les nombreux ouvrages récents de la région fortifiée de Metz, appartenant à la ligne Maginot, les anciennes fortifications allemandes de la Moselstellung sont encore opérationnelles en 1939. Autour de la cité messine, les forts de Metz en particulier forment deux ceintures fortifiées, distantes de 3 à 10 km du centre-ville. Ces périmètres fortifiés sont composés de dix-huit forts, ou groupes fortifiés, d’une vingtaine d’ouvrages d’infanterie, de batteries et de postes d’observation interconnectés. La ville tombe pourtant sans combattre aux mains des forces allemandes le 17 juin 1940 et le territoire est peu après annexé au Troisième Reich. Aux yeux des dignitaires nazis, il ne faisait aucun doute que la ville de Metz, qui avait donné tant de généraux et d’officiers à l’armée du IIIe Reich, était une ville allemande. La répression allemande, sur la population civile restée attachée à la France, n’en sera que plus brutale.

Pendant l’annexion, la Wehrmacht ne considère pas la ville de Metz comme un site stratégique et n’hésite pas à réduire son dispositif défensif, en désarmant la plupart des forts autour de Metz. Toutefois, lorsque les forces alliées commencent à progresser en France, après le débarquement de Normandie, Metz devient un site stratégique important pour le commandement allemand, qui se met à organiser la défense de la ville, pour tenter de contrôler l’avance des Alliés. À la fin du mois d’août 1944, les forces allemandes réussissent momentanément à contrôler l’avance des Alliés, grâce à des positions défensives, sur l’ensemble du front occidental. Une ordonnance de Hitler, de mars 1944, ordonne en effet aux commandants des différentes places fortes du Troisième Reich, comme à ceux de la région messine, de tenir les positions jusqu’au bout, sauf décision expresse du Führer. Le commandant de Metz suit cet ordre à la lettre, dès le début du mois de septembre 1944, face à l’avancée des troupes de la IIIe armée américaine du général George Patton. Devant Verdun, la IIIe armée menace déjà gravement la défense de la région de la Sarre, en Allemagne. Espérant gagner du temps pour renforcer le front Ouest, le commandement allemand décide de freiner l’avancée de Patton en renforçant les points stratégiques de ce front. Le secteur de Metz relève de la Ire armée allemande commandée par le général Kurt von der Chevallerie. Le 27 août 1944, la défense de Metz est confiée au général Walter Krause.

Malgré une première réunion tenue le 24 juillet 1944 dans les souterrains de la Kommandantur de Metz sur l’initiative des généraux Schroth et von Poten, et une seconde réunion organisée par le colonel SS Ernst Kemper le 27 juillet 1944, la défense de Metz n’est pas à l’ordre du jour à Berlin. Selon Kemper, la place de Metz devait être approvisionnée pour six semaines, et le pouvoir civil devait passer le relais aux autorités militaires. La police de sûreté devait en outre expulser les éléments francophiles de la population, afin d’éviter des sabotages et des trahisons. L’état-major allemand refuse d’envisager le pire et considère que la progression des Alliés peut encore être contenue sur le front Ouest. Les propositions faites par le commandant de la ville et par Kemper, concernant la défense de Metz, sont donc rejetées.

Fin juillet 1944, Metz est la base arrière de :

Le dispositif des services allemands basés à Metz sera maintenu en place, sans changements notables, jusqu’à la fin du mois d’août 1944. Après le débarquement de Provence le 15 août 1944, la situation bascule rapidement en faveur des Alliés sur le front occidental. Le 24 août, le général Schroth est enfin autorisé à mettre en alerte la 462e division d’infanterie basée à Metz, et stationnée entre Metz et Luxembourg. Metz reçoit l’appui d’éléments du LXXXII. Armeekorps du général d’infanterie Johann Sinnhuber. À peine intégré à la Ire armée allemande, le LXXXII. Armeekorps tient un large secteur, allant d’Arnaville, au sud de Metz, à Montmédy. Le 24 août 1944, la construction d’une ligne de défense située en avant du Westwall est ordonnée. La Weststellung repose sur les fortifications situées entre Luxembourg et Metz. Les civils des zones occupées par l’armée allemande sont réquisitionnés sous la supervision de Himmler. Les travaux de défense commencent le 25 août 1944. La plupart des civils réquisitionnés, appelés Schanzarbeiter, creusent en pratique des tranchées antichars. Le 27 août 1944, la division d’instruction devient une division d’armée en campagne, donc une nouvelle division combattante. À la nouvelle 462e Infanterie-Division, Krause incorpore les 1 888 élèves officiers de l’école d’officiers de Metz (Fahnenjunkerschule VI) ainsi que 1 500 soldats de différentes armes de la Wehrmacht pour former deux bataillons, dotés de canons et de pièces antichars. L’ensemble, placé sous l’autorité de Siegroth, devint rapidement homogène, et très combatif, grâce à la détermination des aspirants. Tous les postes de combat importants, comme les postes de pointeurs pour l’artillerie, ou ceux d’officiers de liaison, sont confiés à des Fahnenjunkers bien instruits. La section d’artillerie de campagne est formée à partir de la section d’artillerie d’instruction, autour de pièces russes de 76,2 mm prises sur le front de l’Est. L’artillerie de forteresse est réinstallée à la hâte dans les forts situés à l’ouest de Metz, notamment à la Feste Kronprinz. L’État-major allemand avait conservé les plans de 1918 et possédait encore les tables de tir nécessaires à l’artillerie de forteresse. Le maître des forges Hermann Röchling qui avait supervisé l’installation des pièces d’artillerie neuves avant 1918 fut ainsi réquisitionné, avec ses ingénieurs et ses plans originaux, afin de réinstaller les pièces d’artillerie dans leurs tourelles. Les deux bataillons d’infanterie d’instruction, le bataillon d’instruction du génie, ainsi que la compagnie d’instruction de mitrailleuses lourdes, sont aussi complétés avec des soldats réquisitionnés à Metz. Le régiment de sécurité 1010 du colonel Richter (Sicherungsregiment 1010), arrêté à Metz alors qu’il se repliait, forme directement deux bataillons de trois compagnies, d’environ 500 hommes. Les 2 000 sous-officiers Waffen SS de l’école des transmissions de Metz du colonel Kemper forment un bataillon de quatre compagnies. Quant aux unités de la Flak de la 9e Flak-Division, elles sont converties en unités antichars de 20 mm, 37 mm et 88 mm pour être aussi incorporées à la 462e division. À partir du 7 septembre 1944, les 2 000 élèves « chefs de groupe » de la XIIe région militaire, de l’école de Wiesbaden, viendront renforcer l’effectif de cette division. La plupart de ces sous-officiers étaient des vétérans du front de l’Est. Ils seront immédiatement placés sur le terrain en deux bataillons, soutenus par deux batteries d’artillerie, dont l’une dotée de pièces autoportées. L’effectif de la 462e division d’infanterie s’élève à ce moment de la bataille, à près de 14 000 hommes.

Du 27 août au 4 septembre 1944, la situation devient confuse et les services allemands, civils et militaires, refluent en nombre vers la Sarre et le Palatinat. Dans la nuit du 30 au 31 août 1944, militaires et fonctionnaires allemands quittent Metz précipitamment, abandonnant tout sur place. La précipitation est telle que les autorités civiles oublient même d’informer les Siedler, colons germaniques, disséminés en Moselle. Le 31 août au matin, le camp de Woippy est aussi évacué par les SS qui en assuraient la garde. Sur ordre du général SS Anton Dunckern, les archives allemandes et les stocks militaires encore en place dans les forts de Metz, notamment au Groupe fortifié du Saint-Quentin, sont détruits par le feu dans la nuit du 31 août 1944. C’est ainsi que brûlèrent des documents des Archives départementales de la Moselle et des ouvrages de la bibliothèque municipale. Les habitants de Metz attendent maintenant une libération rapide.

La IXe armée américaine organise un bombardement massif des voies de communication entre Pont-à-Mousson et Thionville, dans la journée du 1er septembre 1944. Alors que les forts résistent bien aux bombes incendiaires, de nombreux dépôts militaires sont touchés. Le dépôt de munitions du bois de l’hôpital notamment, près de Chesny, brûlera pendant près d’une semaine. Le 2 septembre 1944, Metz est déclarée forteresse du Reich par Hitler. La place forte doit donc être défendue jusqu’à la dernière extrémité par les troupes allemandes, dont les chefs ont tous prêté serment au Führer. Dans le même temps, Himmler, qui connaît bien les fortifications du West-Metz pour les avoir inspectées quatre ans plus tôt, reprend les choses en mains. Himmler, qui avait par ailleurs inspecté l’école des élèves officiers de Metz le mois précédent, avait déjà insisté, dans son discours, sur la nécessité vitale de freiner l’avance des Alliés, en attendant la production imminente d’une nouvelle arme secrète, la fusée V2, censée changer le cours de la guerre. Alors qu’un grand nombre de civils allemands, non fanatiques, préfèrent prudemment ne pas revenir à Metz, le Reichsführer place méthodiquement ses hommes à tous les postes clés des administrations civiles et militaires. Les nazis reviennent donc en force dans la cité messine. Le lendemain, 3 septembre 1944, le général Krause, alors commandant de la place forte de Metz, établit son poste de commandement principal (Oberkommando) dans la caserne du fort Alvensleben. Le fort de Plappeville était en effet situé au centre du dispositif défensif de Metz, avec à l’ouest le fort Manstein (Girardin), tenu par le colonel Joachim von Siegroth, au nord le fort Zastrow (Les Bordes) tenu par le colonel SS Wagner et au sud le fort Prinz August von Württemberg (Saint-Privat) tenu par le colonel SS Ernst Kemper. Le jour même, les troupes du général Krause prennent position sur une ligne allant de Pagny-sur-Moselle à Mondelange, en passant à l’ouest de Metz par Chambley, Mars-la-Tour, Jarny et Briey. Le 4 septembre, les bataillons de pionniers de la 462e division sont chargés de la destruction des ponts routiers et des ponts de chemin de fer, au-dessus de la Moselle et à la périphérie de l’agglomération messine.

La première attaque est lancée par la Ve division d’infanterie américaine, commandée par le général de division Leroy Irwin. Lors d’une opération de reconnaissance en direction de la Moselle, des éléments blindés du XXe corps américain entrent en contact avec des éléments de la 462e division, le 6 septembre 1944. Les forces américaines, qui n’avaient pas prévu de rencontrer tant de forces allemandes dans ce secteur du front, commencent alors à se regrouper, en rassemblant leurs unités dispersées. Plusieurs accrochages ont lieu après cette première rencontre. Sous la pression des troupes américaines, les éléments de première ligne de la 462e division se replient sur un périmètre plus restreint, allant de Novéant à Hauconcourt et passant par Vionville et Saint-Privat. Après ce premier repli, les lignes allemandes s’appuient maintenant solidement sur les forts du secteur ouest, en particulier sur les groupes fortifiés Lorraine au nord, François-de-Guise, Jeanne-d’Arc, et Driant au sud. Le sud de Metz est tenu par le bataillon Berg de l’école des transmissions de Metz, qui soutient le bataillon d’instruction Vogt, malmené par les unités américaines de la Ve Infantry Division dans le secteur d’Ars-sur-Moselle. À la droite du bataillon Vogt, le régiment de l’école des officiers de Metz, commandé par Stössel, s’étire entre Gorze et Saint-Privat. Bien équipé en mitrailleuses lourdes et en pièces d’artillerie de campagne, notamment russes, ce régiment est composé aux trois quarts de Fahnenjunkern ayant combattu sur le front de l’Est et d’un quart de junkers issus des « Jeunesses hitlériennes ». Sur l’aile droite de ce régiment, dans le secteur de Sainte-Marie-aux-Chênes, est positionné le régiment de sécurité no 1010 du colonel Richter, immédiatement soutenu par le régiment de l’école des chefs de groupe, dont la ligne de front s’étire jusqu’à Maizières-lès-Metz et Hauconcourt.

Testant les défenses du secteur fortifié de Metz, les troupes américaines tentent d’abord de s’emparer d’une tête de pont au nord de Metz. Cette attaque, repoussée par les “chefs de groupe” du colonel Wagner, se solde par un échec. L’attaque américaine sur le secteur nord-ouest de Metz se poursuit les 8 et 9 septembre 1944 dans le secteur d’Amanvillers. La ligne de fortifications de ce secteur allant de Gravelotte à Semécourt, qui se composait d’un mur de béton discontinu, de trois mètres de haut et 10 mètres de large, renforcé par quatre forts, le tout recouvert à l’Ouest par une ligne d’avant-postes, de tranchées, de barbelés, et de positions de mitrailleuses, semble imprenable. Le 9 septembre au matin, l’artillerie américaine déverse une pluie d’obus sur les positions allemandes identifiées, préparant le terrain à l’infanterie et aux blindés de la Task force McConnell. Arrivées dans le bois de Jaumont, les troupes américaines du 2e Infantry regiment sont prises sous le feu du fort Kellermann. Les batteries allemandes éliminent en quelques instants sept tanks et deux canons autoporteurs, forçant la colonne à se retirer précipitamment. Voulant contourner les fortifications par le nord, les Américains sont bientôt pris sous le feu d’une contre attaque allemande, avant d’être stoppés par les tirs du fort Lorraine. L’artillerie de campagne américaine reprend aussitôt ses tirs sur les ouvrages fortifiés du secteur, mais sans grands résultats compte tenu du relief et de la végétation. Le 10 septembre, trois escadrilles de chasseurs-bombardiers déversent leurs bombes sur le secteur est d’Amanvillers, où sont groupées les fortifications. Les P-47 atteignent leurs cibles, mais les bombes de 500 livres ont peu d’effet sur le béton armé des ouvrages fortifiés. Au moment de l’attaque aérienne, le commandant de la 7e division blindée prend position près de Roncourt, afin de soutenir une nouvelle attaque du 2e Infantry regiment. L’attaque d’infanterie, lancée à 18h00, rencontre une résistance acharnée. Malgré le soutien des chars, elle s’arrête à bout de souffle trois heures plus tard. Une percée sera effectuée plus tard, plus au nord, vers Mondelange et Thionville, mais ne sera pas exploitée par le commandant du XXe corps US. Le 11 septembre 1944, à 6h30, les chars de la 7e division blindée font route vers Pierrevillers, essuyant au passage des tirs sporadiques. Mais ils tombent finalement sur un barrage routier antichar, sous le feu de canons antichars camouflés difficilement localisables. L’infanterie arrive cependant à prendre position sur les pentes boisées, au nord-ouest du village de Bronvaux, trop loin cependant de l’objectif pour soutenir le 2e Infantry regiment. Malgré plusieurs contre-attaques de la 462e Infanterie Division, les troupes américaines arrivent à reprendre du terrain en fin de journée, après un barrage roulant d’artillerie visant les ouvrages fortifiés du secteur, et utilisant des obus fumigènes en couverture. Le 1er bataillon de la Task force, durement touchés par les tirs d’artillerie de la 462e Volks-Grenadier-Division et par les tirs précis d’armes légères, doit se retirer avec difficulté derrière un écran de fusées fumigènes, à plus de cinq cents mètres d’Amanvillers. Vers 14h00, une frappe aérienne sur Amanvillers ne permet pas à l’infanterie de progresser, le village étant définitivement trop proche des fortifications du secteur, pour être pris en totalité.

Une seconde opération, dirigée frontalement sur la ville de Metz, se solde aussi par un échec. Du côté de Gravelotte, dans le bois des Génivaux, les troupes américaines piétinent face aux Fahnenjunkern de Siegroth cool soccer t shirt designs, qui dominent le terrain. Les patrouilles américaines se heurtent à un mur de feu devant le fort Jeanne-d’Arc. La troisième opération des forces américaines, dans le secteur sud-ouest de Metz, permit toutefois aux Alliés d’établir une tête de pont sur la Moselle, au sud de Metz. Les 6 et 7 septembre 1944, la VIIe division blindée et la Ve division d’infanterie américaines attaquent en effet en force au sud de Metz, dans le secteur allant de Ancy-sur-Moselle à Arnaville sous le feu des forts Driant sur la rive ouest, Sommy et Saint-Blaise sur la rive est de la Moselle. Les lignes allemandes sont enfoncées dans le secteur de Mars-la-Tour jusqu’à Gravelotte et dans celui de Chambley jusqu’à la Moselle, de Dornot à Pagny-sur-Moselle. Des soldats de la 5e division d’infanterie américaine réussissent à traverser la Moselle, dans la nuit, dans des conditions extrêmes, brisant ainsi la résistance allemande dans le secteur de Dornot. Une tête de pont est enfin établie sur la rive est de la Moselle.

Comprenant que les défenses de Metz peuvent non seulement être contournées par le sud, mais aussi prises à revers par l’est, le Generalleutnant Krause quitte le fort de Plappeville pour se rendre sur place et constater l’étendue du péril. Il demande d’urgence l’appui des Panzers de la 17e Panzer-Grenadier-Division qui se replient depuis quelques jours vers Kaiserslautern. Le 37e SS Panzer-Grenadier-Regiment, appartenant à la célèbre division blindée, arrive en hâte de Boulay, entrant immédiatement dans le feu de l’action dans le secteur de Jouy-aux-Arches et Corny-sur-Moselle, face à la tête de pont américaine de Dornot. La contre-attaque est menée simultanément sur la rive ouest, depuis Ars-sur-Moselle, par le bataillon Berg, formé avec les élèves SS de l’école des transmissions de Metz intégrés à la 462e Infanterie Division. Les combats sont sans pitié et les troupes, tant américaines qu’allemandes, ne font pas de prisonniers. Le 7 septembre 1944, l’Oberst Kurt von Einem, chef d’état-major du XIIIe SS Armee Korps, reçoit l’ordre de tenir à tout prix les positions entre Thionville au nord, et Arry au sud de Metz.

Le 10 septembre 1944, après trois jours de combats acharnés, et 945 tués, blessés ou disparus, les Américains sont finalement rejetés sur la rive ouest de la Moselle, à Dornot. Alors que les Américains refluent sur Dornot, les troupes allemandes du groupe fortifié Driant organisent des contre-attaques nocturnes en direction du sud, contraignant les troupes américaines à se retrancher, d’abord sur Ancy-sur-Moselle, puis sur Dornot.

Alors que la tête de pont en face de Dornot est évacuée, les Américains reprennent pied sur la rive ouest de la Moselle dans le secteur d’Arnaville sous la conduite du colonel Yuill, commandant le Xe Combat Team. Pour la première fois en Europe, l’armée américaine utilise des écrans de fumigènes dans une opération offensive. L’opération menée par le 84e Chimical Engineer Compagnie est un succès. Le 12 septembre 1944, la contre-attaque allemande est prévisible. Le 37e Panzer-Grenadier-Regiment de la 17e SS Panzer-Grenadier-Division, le 8e Panzer-Grenadier-Regiment et la 103e Panzer-Abteilung de la 3e Panzergrenadier Division et le 115e Panzer-Grenadier-Regiment de la 15e Panzerdivision sont engagés aux côtés du 282e bataillon “Vogt” de la 462e Infanterie-Division pour contenir la tête de pont d’Arnaville. L’artillerie de campagne allemande, soutenue par les batteries des forts Kronprinz et Haeseler, pilonne les troupes américaines. De son côté, l’artillerie américaine répond par un tir de barrage, tirant plus de 5 700 salves sur ce secteur. Les P-47 du 406e Squadron du 371e groupe TAC appuient les troupes au sol, détruisant même, par un coup au but, une batterie du fort Verdun (Sommy) et des batteries lourdes situées près de Mardigny. Sous ce déluge de feu, les régiments de Panzer-Grenadier et le bataillon Vogt supportent de lourdes pertes. Plus de dix Panzers et plusieurs half-tracks allemands sont ainsi détruits le 12 septembre.

Le 13 septembre 1944, l’état-major américain redéploie ses troupes sur la ligne de front pour concentrer son attaque sur les quatre grands ouvrages fortifiés du secteur ouest de Metz. Au nord du secteur, la fatigue et le stress désorientent les hommes du 2e Infantry Regiment qui sont finalement relevés de ce qu’il nomme maintenant un hell hole, le 14 septembre 1944. Deux régiments renforcés par des compagnies du génie de la 90e Infantry Division prennent la relève dans le secteur nord-ouest de Metz: le 357e Infantry Regiment du Colonel Barth prend position le long du bois de Jaumont, à l’est de Saint-Privat, le 359e Infantry Regiment Colonel Bacon prend position à l’est de Gravelotte. Le 15 septembre 1944, une attaque est prévue sur le secteur nord-ouest de Metz, sur les ouvrages Canrobert et Kellermann et sur le Groupe fortifié Jeanne-d’Arc. L’approche est difficile, les soldats allemands se défendant pied à pied. Les bazookas américains étant sans effet sur les casemates bétonnées, des chars, suivis de sections armées de lance-flammes, se jettent sur les premières lignes allemandes, ne parvenant qu’à les neutraliser, sans les prendre. Le général McLain comprend qu’une attaque directe du secteur nord-ouest serait vouée à l’échec et ordonne à ses troupes de maintenir la pression sur les postes avancés de la 462e Volks-Grenadier-Division, sans attaquer frontalement les forts Jeanne-d’Arc et Lorraine.

Le 16 septembre 1944, dans un brouillard épais, le général McLain reprend l’attaque sur le secteur nord-ouest. L’attaque de l’ouvrage Canrobert débute à 10h00, mais elle est repoussée deux heures plus tard par les Fahnenjunkern de Siegroth, qui se livrent à un corps à corps sans merci. Les Américains du 357e Infantry Regiment se retirent, laissant 72 soldats sur le terrain. À 17 h, le 1er Bataillon du même régiment est aussi arrêté dans son élan par des tirs artillerie et d’armes légères. Au sud de ce secteur le 2e bataillon perd 15 officiers et 117 hommes sous un feu nourri de mortiers et d’armes automatiques provenant de la lisière boisée, non loin du Groupe fortifié Jeanne-d’Arc. À la nuit tombante, le bataillon n’a progressé que de 200 mètres. Voyant que les Américains grignotent peu à peu leurs lignes, l’artillerie allemande redouble ses tirs, réussissant à contenir les deux régiments et faisant craindre à McLain une nouvelle contre-attaque. Devant la pugnacité des troupes d’élite de la 462e Volks-Grenadier-Division, le général McLain, en accord avec le général Walker, décide de suspendre les attaques, en attendant de nouveaux plans de l’état-major de la 90e Infantry Division.

Pour sécuriser le secteur sud de Metz et contenir les troupes allemandes dans les forts de la ligne fortifiée West-Metz, l’opération Thunderbolt, combinant des attaques aériennes et des attaques au sol sur les groupes fortifiés messins, est planifiée le 17 septembre 1944. Le groupe fortifié Driant constituera le premier objectif de l’opération. Le 18 septembre 1944, des éléments de la division Götz von Berlichingen entrent de nouveau en contact avec des unités américaines. Le 20 septembre 1944, le Gauleiter Bürckel déclare la partie sud-ouest du CdZ-Gebiet Lothringen « Zone des armées ». Il est par conséquent interdit de franchir une ligne allant d’Apach au Donon, et passant par Sierck-les-Bains, Courcelles, Faulquemont, et Sarrebourg. Malgré de nombreuses contre-attaques sur le secteur et des pertes très élevées, les troupes allemandes sont obligées de céder du terrain au Xe Combat Team américain, reculant vers la Seille. La bataille de Metz semble à ce moment gagnée pour les troupes américaines, qui sont aux portes de Metz. Mais le 24 septembre 1944, la IIIe armée du général Patton doit arrêter son offensive sur Metz, assurer les positions défensives sur son secteur et se porter sur la frontière hollandaise, où la situation devient critique. Contre toute attente, le siège de Metz se poursuit.

Le 26 septembre 1944, les chasseurs bombardiers du 19e Tactical Air Force effectuent un raid aérien sur les forts de Metz, larguant des bombes au napalm de 500 kg. Mais les fortifications bétonnées et enterrées résistent bien à cette attaque aérienne surprise. Le lendemain, 27 septembre 1944, les obusiers de 240 mm du 19e Field Artillery Batallion préparent le terrain à deux compagnies d’assaut du 11e Infantry Regiment, dans le secteur du groupe fortifié Driant. Face à des troupes allemandes qui exploitent au mieux le terrain et les fortifications, les troupes américaines n’arrivent pas à franchir les réseaux de fils de fer barbelés du groupe fortifié et se replient en fin de journée. Avant le 30 septembre 1944, deux nouveaux raids aériens se montreront inefficaces pour déloger les soldats allemands, qui se terrent pendant les raids, et retrouvent leurs postes de combat aussitôt après. Les bombes incendiaires étant inefficaces sur les fortifications souterraines, ou à demi enterrées, de la ceinture fortifiée de Metz, l’armée américaine comprend qu’il faudrait prendre les forts d’assaut les uns après les autres, pour les neutraliser rapidement. Or les forts du secteur sont défendus, à ce moment de la bataille, par des vétérans du Front de l’Est, soldats fortement motivés et déterminés. L’état-major américain préfère donc adopter une tactique d’encerclement, visant à contourner Metz au nord et au sud de la ville. À la fin du mois de septembre 1944, une partie des forces allemandes, positionnées au nord, est déplacée dans le secteur sud de Metz, pour contenir l’offensive américaine.

Le 3 octobre 1944, les troupes américaines arrivent à prendre l’une des cinq casernes du groupe fortifié Driant. Les combats se poursuivent maintenant en surface et dans les tunnels de communication reliant les bunkers les uns aux autres. Le 4 octobre 1944, à la Bayern Kaserne, Franz Schubert, Kreisleiter de Metz, réquisitionne des terrassiers ou Schanzarbeiter pour creuser des tranchées antichars. Les ordres de réquisitions, d’abord placardés sur les murs de la ville, sont rapidement envoyés aux hommes concernés, sous forme de convocations individuelles. Les civils réfractaires sont considérés comme des déserteurs et encourent la peine capitale. Malgré cela, de nombreux messins se cachent, ou essaient de se faire exempter par des médecins lorrains complaisants. Il devront finalement passer une contre-visite à la Bayern Kaserne. Parmi ceux qui ne purent échapper au Schanzen, plusieurs dizaines furent tués sur les chantiers par des obus ou des bombes américaines. D’autres seront enrôlés de force dans le Volkssturm, et seront contraints de porter les armes running belt phone. Le 6 octobre, les troupes du 11e Infantry Regiment assiégeant toujours le groupe fortifié Driant, sont relevées par le premier bataillon du 10e Infantry regiment. Face à ces troupes fraîches et bien armées, les soldats allemands, encadrés par des junkers à la discipline de fer, tiennent tant bien que mal leurs positions. Les blessés et les morts se comptant maintenant par dizaines dans le fort, le moral est au plus bas. Croyant bénéficier d’une supériorité matérielle écrasante, les troupes américaines lancent une nouvelle attaque le 7 octobre. Les combats sont acharnés, les soldats allemands se défendant pied à pied, avec l’énergie du désespoir. Dans un dernier effort, ils repoussent l’attaque américaine en surface et font des prisonniers dans les souterrains de communication. Devant ce nouvel échec cuisant, le général Gay décide d’abandonner l’offensive sur le groupe fortifié Driant et fait prudemment évacuer ses troupes dans la nuit du 12 au 13 octobre, après avoir fait piéger les accès avec 3 000 kg d’explosifs.

Alors que les troupes de la troisième armée américaine se reposent en écoutant Marlène Dietrich, les troupes allemandes profitent de cette accalmie dans les combats pour se réorganiser. Des troupes de réserves de la future 462e Volks-Grenadier-Division relèvent les troupes d’élites de Siegroth dans les forts du secteur ouest de Metz . L’OKH décide en effet de réorganiser les troupes allemandes autour de Metz en réaffectant certaines unités sur d’autres théâtres d’opérations. Pour encadrer de nouvelles Volksgrenadier-Divisionen, les officiers fraîchement sortis de la Fahnenjunkerschule VI des Heeres « Metz » sont ainsi répartis dans de nouvelles unités. Un certain nombre de soldats de la Wehrmacht se retirent en bon ordre de Metz en direction de la Sarre, et sont remplacés par des troupes de réserve appartenant à la 462e Volksgrenadier-Division. À la suite de ce nouveau déploiement, le XIIe Corps américain décide de lancer une nouvelle attaque, attaque durement contrée par les défenseurs allemands. Pour son engagement au cours de ces combats, le colonel Siegroth obtient la Croix de chevalier de la Croix de fer le 18 octobre 1944. Peu après est créé la Bande de bras Metz 1944, pour « rappeler la défense héroïque de la forteresse de Metz contre un adversaire supérieur en nombre et en matériel ». Le 19 octobre, le décret d’Hitler du 25 septembre 1944 appelant la levée en masse des hommes de 16 à 60 ans entre en vigueur dans le « CdZ-Gebiet Lothringen ». L’institution du Deutscher Volkssturm est applicable deux jours plus tard, le 21 octobre. Le SA-Gruppenführer Caspary a pour mission de lever 12 bataillons dans le Gau Westmark. Placés sous l’autorité de Vollrath Lübbe, ces bataillons doivent notamment renforcer la 462e Volks-Grenadier-Division engagée dans la bataille. L’incorporation aura lieu à la Bayernkasern de Metz, à partir du 1er novembre 1944.

Dans le secteur sud, échaudées par les derniers combats, les troupes américaines se limitent, dans la deuxième quinzaine d’octobre, à des attaques ponctuelles et à des patrouilles de reconnaissance dans la région de Metz. Profitant de ce répit dans l’offensive, plusieurs unités du XXe Corps américain s’entraînent au combat de forteresse. Des éléments de la 5e Infantry Division notamment s’entraînent une dizaine de jours, dans le secteur de Joppécourt-Errouville-Morfontaine, aux techniques de combats rapprochés en zone fortifiée. Pour expérimenter des méthodes offensives permettant de réduire les défenses des groupes fortifiés de la Moselstellung, un programme de formation spécial avait été rapidement mis en place. Vers le 20 octobre, grâce à une reconnaissance aérienne, le 733e Field Artillery Battalion tire 120 obus de 155 mm sur un canon monté sur rail, de très gros calibre, immobilisé dans un atelier de réparation à Metz. Les services de renseignement américains confirment la destruction du canon et la mort de nombreux servants.

Plus au nord, malgré le soutien de l’artillerie qui pilonne systématiquement le secteur, la 90e division d’infanterie américaine piétine depuis le 17 septembre devant Maizières-lès-Metz. Le 20 octobre 1944, alors que ses troupes occupent déjà la moitié de Maizières, le général van Fleet ordonne que la ville soit prise avant le 2 novembre 1944. Mais les soldats du 1216e régiment de la 462e Volks-Grenadier-Division tiennent solidement les positions en se terrant dans des abris de fortune. Face à cette résistance opiniâtre, la 90e division d’infanterie fait appel à l’artillerie. Celle-ci tire sans relâche sur le secteur, réduisant le vieux village à quelques ruines éventrées et à des amas de pierres. L’hôtel de ville devient l’objectif à atteindre pour le colonel Barth. Pour déloger les derniers combattants allemands, les troupes américaines lancent une attaque décisive le 26 octobre 1944. Après un nouveau pilonnage d’artillerie, les soldats américains se jettent en masse sur l’objectif, nettoyant les derniers foyers de résistance au bazooka et au lance-flammes. Le 27 octobre 1944, l’ancienne mairie est prise. Les pertes allemandes sont très lourdes, mais les soldats tiennent encore certaines positions. Le 29 octobre 1944, l’artillerie de la division américaine déclenche un nouveau barrage roulant au nord de la commune, détruisant maisons et retranchements. Cette fois-ci, les dernières poches de résistance tombent. Le 30 octobre, le général Patton peut visiter les ruines de Maizières et savourer sa victoire. Les verrous nord et sud de Metz étant tombés, le commandement américain décide d’attaquer la ligne arrière de Metz, en contournant la ville par l’est.

Lorsque les hostilités reprennent, après un mois pluvieux, les soldats de la 462e Volks-Grenadier-Division tiennent toujours solidement les forts de Metz, même si les ravitaillements se font plus difficilement à cause des tirs d’artillerie et des bombardements fréquents. Un bataillon de Volkssturmmänner, comptant environ 400 hommes, est intégré au dispositif de défense de la ville. Ce bataillon se compose essentiellement d’anciens fonctionnaires de police et de vétérans de 14-18 âgés de plus de 45 ans, mais aussi de jeunes de la Hitlerjugend âgés de moins de 18 ans, et de réfractaires de l’armée allemande. La capacité de combat de ce bataillon étant considérée, par le commandement allemand, comme nulle, et sa fidélité très réduite, les hommes du Volkssturm « Metz » sont placés sous l’autorité d’un Major de l’Ordnungspolizei et relégués à des tâches de maintien de l’ordre et de défense passive. Du côté des Alliés, grâce aux tactiques élaborées pendant la formation au combat de forteresse, les forces américaines prennent une partie des fortifications de la seconde ceinture fortifiée de la ville, le .

Le 8 novembre, l’étau autour de Metz se resserre, avec la 95e division d’infanterie au nord et la 5e division d’infanterie au sud. Le 9 novembre, en guise de prélude à l’offensive sur Metz, pas moins de 1 299 bombardiers lourds B-17 et B-24 déversent 3 753 tonnes de bombes, de 1 000 à 2 000 livres, sur les ouvrages fortifiés et les points stratégiques situés dans la zone de combat de la IIIe armée. La plupart des bombardiers ayant largué leurs bombes sans visibilité, à plus de 20 000 pieds, les objectifs ont souvent été manqués. À Metz, les 689 chargements de bombes destinés à frapper sept des forts de Metz désignés comme des cibles prioritaires, ne firent que des dégâts collatéraux. À Thionville et à Sarrebruck, le résultat est aussi peu concluant, prouvant une fois de plus l’inadéquation des bombardements massifs sur des objectifs fortifiés. Les fonctionnaires allemands fuient dans la nuit du 11 au 12 novembre 1944 et la Gestapo transfère les derniers prisonniers politiques, arrêtés depuis le 4 septembre, vers la Sarre et le Palatinat.

Le 12 novembre au matin, le tintement de la Mutte indique que l’ordre d’évacuation générale de la ville a été donné. Il est fixé pour le surlendemain, , mais la plupart des Messins décident de ne pas y répondre et se terrent dans les caves et les abris. Commence alors pour eux une semaine aussi éprouvante, qu’angoissante. Le 14 novembre 1944, alors que le Generalleutnant Heinrich Kittel est nommé commandant des forces allemandes, l’attaque américaine reprend sur le secteur nord-ouest des forts de Metz. Les obusiers de 105 mm du 359e Field Artillery Battalion ouvrent le feu sur le secteur situé de part et d’autre du Groupe fortifié Jeanne-d’Arc, entre le fort François-de-Guise et le fort Driant, afin d’ouvrir la voie au 379e Infantry regiment dont l’objectif est d’atteindre la Moselle. L’attaque se concentre sur le fort Jeanne-d’Arc, qui finit par être encerclé par les troupes américaines. Après deux contre-attaques meurtrières, les hommes du Major Voss appartenant à la 462e Volks-Grenadier-Division se replient bientôt sur le groupe fortifié. Ils n’en sortiront plus. Pour le commandant du fort Jeanne-d’Arc, le constat est amer : les pertes sont lourdes et n’ont pas empêché les Américains d’atteindre la Moselle.

Au même moment, au sud du fort Jeanne-d’Arc, le 1er bataillon du 379e Infantry regiment attaque les ouvrages de Jussy-Nord, Jussy-Sud et Saint-Hubert. Défendu chacun par une poignée de soldats du 462e Volks-Grenadier-Division, ils sont pris vers 14h00. Deux heures plus tard, le 1er bataillon réussit à prendre l’Ouvrage d’infanterie de Bois-la-Dame, tenu par une section allemande, malgré une contre-attaque vigoureuse et des tirs soutenus venant du fort Driant. Au soir du 14 novembre, les Ouvrages des Seven Dwarfs, appelés ainsi pour les distinguer des grands groupes fortifiés, étaient aux mains des Américains. Le fort Jeanne-d’Arc n’étant pas encore neutralisé, l’avant-garde américaine est trop avancée. Un parachutage aérien doit ravitailler les hommes en munitions et en vivres.

Le lendemain matin, , dans le secteur nord-ouest des forts de Metz, les ouvrages de la ligne Canrobert, dans le bois de Fèves, sont attaqués par la 378e Infantry Regiment du Col. Samuel L. Metcalfe. Dans la brume matinale, après une préparation d’artillerie, le fort Nord de la ligne Canrobert est le premier à tomber vers 11h00, les troupes américaines arrivant dans le bois de Woippy. Durant l’après-midi, les hommes du 1217e Grenadier-Regiment “Richter”, formé par le Régiment de sécurité 1010, et ceux du 1515e Grenadier-Regiment “Stössel” de la 462e Volks-Grenadier-Division font plusieurs tentatives infructueuses pour repousser les Américains derrière la ligne Canrobert. Sous la pression, ils finissent par décrocher, laissant derrière eux de nombreux morts et blessés. Les grenadiers allemands, qui devaient se retirer sur une ligne entre le point d’appui Leipzig et le fort de Plappeville se replient finalement en désordre vers Metz et Woippy. Le 15 novembre 1944, le 378e Infantry Regiment épaule le 379e Infantry Regiment, mais l’attaque d’un poste avancé du fort Jeanne-d’Arc ne peut se faire qu’à la nuit tombée. Le souffle d’une charge explosive placée directement sur le bunker poussera finalement l’Oberleutnant et ses hommes à se rendre. Le même jour, en ce 15 novembre 1944 humide et froid, le 377e Infantry Regiment de la 95e Division américaine, parti de Maizières-lès-Metz, entre au nord de Metz dans Woippy, avant d’être stoppé par les tirs des forts Déroulède (Kameke), Gambetta (Hindersin), et Saint-Julien (Manteuffel). Face à eux, des hommes du 1515e Grenadier-Regiment “Stössel”, renforcés par une compagnie de réserve du 38e SS-Panzergrenadier Regiment, opposent une résistance désespérée.

Alors que des combats de harcèlement se poursuivent toute la journée du à Woippy et que le fort Gambetta est attaqué par le 3e bataillon du 377e Infantry regiment, l’état-major américain décide de concentrer l’attaque nord-ouest, qui piétine toujours, entre les forts Jeanne-d’Arc et de-Guise. Partant du bunker de la ferme Saint-Hubert et de la ferme de Moscou, le 3e bataillon progresse par bonds successifs. Pour empêcher toute sortie de la garnison allemande, les troupes de la 95e Infantry Division neutralisent les groupes fortifiés en minant tous les accès aux forts. Au sud de Metz, face au 11e Infantry regiment de la 5e division américaine, les hommes de Matzdorff opposent une résistance farouche sur la base de Frescaty. Les GI’s du 11e Infantry regiment se trouvent maintenant face à des mitrailleuses MG 34 et MG 42, déployées sur la base aérienne. Le bruit sporadique de fusillade des fusils M1 et des pistolets-mitrailleurs MP 38 est maintenant sporadiquement couvert par le crépitement sec et régulier des mitrailleuses. Les troupes de la 462e Volks-Grenadier-Division défendent avec pugnacité chaque hangar et chaque abri anti-aérien du terrain d’aviation. Sous la pression des troupes américaines, les hommes de Matzdorff finissent cependant par se replier vers le fort Prinz August von Württemberg et les derniers hangars. En ce 16 novembre 1944, alors qu’une nuit froide et humide tombe sur la base aérienne, le 11th Infantry regiment a perdu pas moins de 4 officiers et de 118 hommes sur le terrain. Mais les pertes allemandes sont aussi lourdes. Le même jour, au sud-est de Metz, des éléments du 38e SS-Panzergrenadier-Regiment contre-attaquent en vain en direction de Courcelles. Disposant d’une bonne couverture aérienne, la 5e Division américaine tient ses positions, et prend en tenailles les troupes allemandes de ce secteur.

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 1944, sous la pression des 377e et 378e régiments américains, les grenadiers allemands de Woippy finissent par se replier en désordre sur Metz, abandonnant sur place, pièces d’artillerie, camions, stocks d’armement et mourants. Dans la même nuit, les derniers éléments du 38e SS-Panzergrenadier Regiment, pris en tenaille au sud-est par la 5e Division américaine, réussissent à sortir de cette nasse et se retirent en direction de la Sarre, laissant Kittel seul face à ses responsabilités. Preuve de la situation désespérée de la défense de Metz, les hommes du Volkssturm “Metz”, portant des brassards et armés de fusils français, sont alors escortés par des fonctionnaires de police et placés dans les lignes, entre le fort Saint-Privat et le fort de Queuleu. Après une nuit sous la pluie et la neige fondue, ces troupes improvisées semblaient déjà anéanties.

Le , le 10e Infantry regiment de la 5e division rentre dans Borny. Deux bataillons du 10e Infantry regiment, soutenus par des chars du 735e Tank battalion suffisent à encercler le fort de Queuleu. Plus au sud, le 11e Infantry regiment de la 5e division américaine encercle le groupe fortifié Verdun (Haeseler), prend Augny, avant de se heurter à une forte résistance au niveau du terrain d’aviation de Metz–Frescaty. Les combats se poursuivent en effet au nord-est de la base, où une section allemande s’accroche aux derniers bâtiments. Mais les tirs viennent bientôt principalement du fort Saint-Privat. Le fort Prinz August von Württemberg, quartier général de Von Matzdorf quasi imprenable, est finalement encerclé dans la soirée. Le général Kittel décide de faire sauter un à un les ponts reliant l’île Saint-Symphorien, l’île du Saulcy et celle de Chambière, afin d’entraver l’entrée des troupes américaines. En ce 17 novembre 1944, les forces américaines, ayant réussi à isoler la plupart des forts de la ceinture fortifiée extérieure, attaquent maintenant la ville de Metz. Les FFI, « héros » de la dernière heure, sortent enfin de l’ombre. À Woippy, les combats sanglants se terminent ce 17 novembre 1944 autour du fort Gambetta, fort isolé depuis la veille, qui finit par se rendre aux troupes américaines. Le soir du 17 novembre 1944, la situation est critique pour le général Kittel, commandant de la place forte de Metz. Les hommes valides du Grenadier-Regiment 1215 sont maintenant cernés dans le groupe fortifié du Saint-Quentin. Le Sicherungs-Regiment 1010, complètement désorganisé, est regroupé autour du fort de Plappeville. La Divisions-Füsilier-Kompanie 462 s’est aussi replié dans le Groupe fortifié Jeanne-d’Arc, où elle a été rejointe, le jour même, par la plupart des membres de l’état-major de la 462e Volks-Grenadier-Division. Le Grenadier-Regiment 1217 “Richter”, aux rangs clairsemés, tente de former une nouvelle ligne de défense autour du fort Driant. Le 22e régiment de forteresse s’est dispersé sur la nouvelle ligne de front, avec des détachements autour des forts de Saint-Privat, de Queuleu et de Saint-Julien. Environ quatre cents traînards, intégrés aussi à la 462e Volks-Grenadier-Division, ont été réunis pour défendre l’ancienne caserne de l’île de Chambière. Mais ces dernières dispositions, prises in extremis par le général Kittel, ne sont fondées sur aucun plan d’ensemble, et ne permettent aucune coordination entre des unités maintenant isolées.

Le , à l’ouest de Metz, le 1er Bataillon du 378e Infantry Regiment lance une première attaque sur le fort de Plappeville. Sur le plateau et dans le fort, les hommes du 1217e Grenadier-Regiment “Richter”, formé par le Régiment de sécurité 1010, sont harassés par 4 jours de combat continus. Ils se défendent pourtant pied à pied sur le plateau, de casemate en casemate. Après un court répit, une seconde attaque américaine, plus meurtrière que la première, permet de prendre les abords du fort, contraignant les défenseurs à se terrer dans l’enceinte même du fort, pour se protéger des tirs de l’artillerie de campagne américaine disposée sur le plateau. Le fort de Plappeville est maintenant totalement encerclé par le 379e Infantry Regiment. Au cours de la journée du 18 novembre 1944, les artificiers de la 462e Volks-Grenadier-Division dynamitent le pont du sauvage, entre Longeville et l’île Saint-Symphorien, envoyant par le fond une section d’assaut du 378e Infantry regiment de la 95e division américaine. Le général Kittel attendit le dernier instant pour faire sauter ce pont, car c’était le dernier lien direct entre son état-major restreint et les troupes tenant encore les forts de la rive ouest. Le bataillon du Major Voss, envoyé en soutien au fort Jeanne-d’Arc fut le dernier à franchir ce pont. Le 378e Infantry regiment, épaulé par une unité de blindés, est maintenant bloqué sur la rive gauche de la Moselle. Le 379e Infantry regiment s’arrête aussi devant le pont détruit de Moulins-lès-Metz, recevant l’ordre de surveiller sur place les troupes allemandes des forts Driant et Jeanne d’Arc, afin de ne pas être pris à revers.

Au nord-est de Metz, en ce 18 novembre brumeux, le colonel Bacon donne le signal de l’attaque au 2e bataillon du 378e Infantry Regiment sur le fort de Saint-Julien. Sa position de verrou sur la route principale de Metz en fait un objectif incontournable. Le bataillon d’assaut encercle silencieusement le fort et attaque à 7h00 précise. La route qui descend vers Metz est alors tenue par une compagnie de la 462e Volks-Grenadier-Division, que l’artillerie de campagne américaine déloge finalement des maisons en contrebas, achevant l’encerclement du fort aux alentours de midi. Blindés et canons automoteurs américains prennent alors position autour du fort. Pendant une heure, les obusiers de 240-mm de la Task force tirent sans relâche, préparant l’attaque de l’infanterie. Les soldats du 378e Infantry Regiment se lancent alors dans une brèche, à l’arrière du fort, mais sont pris sous le feu de mitrailleuses. Deux chars légers fournissent un tir de couverture, pendant qu’un tank destroyer prend position à proximité et tire sur la porte du fort, qui pourtant résiste. Finalement, un canon automoteur de 155 mm parvient à faire sauter la porte d’entrée. En l’absence d’armement lourd, les 200 soldats allemands de la 462e Volks-Grenadier-Division ne peuvent maintenant plus rien contre la puissance de feu américaine.

Le même jour, 18 novembre 1944, le 1er Bataillon du 377e Infantry Regiment attaque le fort Bellecroix et la caserne Steinmetz. Après un échange de tirs nourri, une colonne d’une centaine de soldats de la 462e Volks-Grenadier-Division finit par se rendre aux Américains. Peu après, vers 14h00, alors que l’infanterie américaine emprunte cette voie d’accès pour entrer dans Metz, deux puissantes charges explosives placées dans la caserne Steinmetz viennent souffler une cinquantaine de soldats américains. Comme d’autres accès de la place forte de Metz, ce secteur était piégé. Si les Américains piétinent encore en périphérie de Metz, ils sont maintenant, au grand soulagement des Messins, aux portes de la cité.

Le 19 novembre, la situation devenant critique pour les défenseurs allemands, le central téléphonique de la poste principale de Metz est dynamité par les artificiers de la 462e Volks-Grenadier-Division. La 5e division d’infanterie américaine attaque en effet les forts Lauvallière (i-werke Belle-Croix) et de Saint-julien (Manteuffel). Sans armement lourd, la garnison du fort de Saint-Julien accepte de se rendre au 378e Infantry Regiment, suivi peu après par les autres forts du secteur. À l’ouest de Metz, les forts résistent mieux. Les attaques de la 95e division contre les forts de Plappeville, du Saint-Quentin et de Jeanne-d’Arc échouent malgré l’appui de l’artillerie. Au sud, le 11e Infantry Regiment de la 5e division d’infanterie nettoie maintenant les faubourgs de Montigny-lès-Metz, alors que le 10e Infantry Regiment se charge à l’est des quartiers de Queuleu et du Sablon. Peu de temps avant l’arrestation de Dunckern, et celle de Kittel, l’état-major américain fait diffuser des tracts évoquant l’arrestation du colonel Mayer afin d’inciter les soldats allemands à se rendre en masse. Si la plupart des Allemands restant en dehors des forts de Metz résistent pour la forme, préférant se rendre que de mourir sur place, quelques-uns se sont retranchés dans des bâtiments administratifs et sont bien décidés à défendre la ville jusqu’à la fin. Dans la nuit du 19 au 20 novembre 1944, le SS-Brigadeführer Anton Dunckern, chef de la Gestapo de Metz, est capturé par les troupes de Patton.

Le , le SS-Obersturmbannführer von Matzdorf sort du fort Saint-Privat avec un drapeau blanc. Le commandant Shell du 11e Infantry regiment, qui pense que l’officier va se rendre, s’entend répondre que lui et ses hommes sont prêts à se battre jusqu’à la mort « si nécessaire ». L’Obersturmbannführer souhaite seulement évacuer vingt de ses blessés les plus grièvement atteints. Les combats à Metz se poursuivent par intermittence, l’infanterie américaine ratissant les quartiers de la ville, maison par maison.

Le 21 novembre, une patrouille de la 95e Division trouve le général Kittel, grièvement blessé et sous morphine, dans un hôpital de campagne installé dans les sous-sols de la manufacture des tabacs de Metz. Il avait participé aux derniers combats dans la caserne Riberpray. Mais Kittel refuse de capituler, arguant du fait qu’il avait cédé son commandement au colonel Von Stössel, commandant du groupe fortifié du Saint-Quentin. L’infanterie américaine tient maintenant tous les quartiers de Metz, à l’exception de l’île de Chambière, où se situe la caserne Séré-de-Rivières et du quartier Saint-Vincent, où se trouve la caserne Riberpray. Après des négociations, le 2e bataillon du 10e Infantry regiment prend possession du fort de Queuleu dans la journée.

Le , une nouvelle attaque sur les forts de Plappeville et du Saint-Quentin échoue, malgré la prise des deux batteries avancées situées entre les deux forts. Une attaque aérienne sur les forts de Metz est annulée le jour même, l’objectif principal de la division étant maintenant la ville de Metz. Les hostilités se poursuivent en effet sur l’île de Chambière, où les hommes du 377e Infantry regiment délogent à coup de grenades au phosphore les derniers défenseurs allemands. À 10h00, le général Walker remet officiellement la ville de Metz au général Dody, nouveau gouverneur de Metz. Peu après, alors que les Américains tirent toujours sur le secteur de la préfecture et de la caserne Riberpray, le docteur Eugen Ewig, directeur allemand des Archives départementales, négocie avec les deniers résistants, afin de préserver le patrimoine architectural de la ville. Après une dernière escarmouche entre la préfecture et la caserne Riberpray, les hostilités cessent officiellement le 22 novembre 1944. À 14 h 35, le commandant du 377e Infantry regiment informe en effet le général Harry Lewis Twaddle que la ville est prise. Mais, bien que la ville soit maintenant libérée par les forces américaines, les derniers forts isolés, au nord et à l’ouest de la ceinture fortifiée de Metz, continuent à tenir, conformément à l’ordre de Hitler.

Dans la nuit du 22 novembre 1944, des hommes du fort Saint-Privat, tenu par le lieutenant-colonel SS von Matzdorf, désertent et se rendent aux Américains, déclarant que le moral dans le fort est au plus bas. Mais comme les autres forts à l’ouest de Metz, le fort de Frescaty résiste, en dépit des circonstances. Afin de préserver les stocks américains d’armement et de munitions, et surtout d’éviter des pertes inutiles, le commandement américain décide de ne plus attaquer de front les forts tenus par les troupes allemandes. L’utilisation de tirs de barrage, destinés à pousser les assiégés à se rendre, est donc privilégiée. C’est ainsi que les 2 650 soldats allemands occupant encore, au moment de la chute de Metz, les forts situés au sud et à l’ouest de Metz, c’est-à-dire les groupes fortifiés Verdun, Driant, Jeanne-d’arc, et les forts Saint-Privat, du Saint-Quentin, et de Plappeville fixent pas moins de 9 000 soldats américains.

Après la chute des forts de Bois-la-Dame, de Marival et de Saint-Hubert, trop isolés, la Feste Haeseler se rend à son tour le 26 novembre 1944, à court de vivres et de munitions. Deux officiers et 148 hommes de troupes en sortent, épuisés. L’ancien fort Prinz August von Württemberg, commandé par le SS-Sturmbannführer Werner Matzdorff, tombe à son tour le 29 novembre 1944, après un tir de barrage soutenu par quatre pièces d’artillerie de campagne et un canon automoteur de 155 mm. Matzdorff se rend avec 22 officiers et 488 hommes, dont 80 blessés. Le drapeau à la croix gammée ne flottait plus sur la base aérienne, faisant mentir l’inscription monumentale qui y était peinte : « Der Mann kann fallen, die Fahne nie ».

À la fin du mois de novembre 1944, les forts Driant, Jeanne d’Arc, Saint-Quentin, et Plappeville tiennent toujours, obligeant le général Irwin à utiliser la plupart de l’infanterie disponible pour les contenir. Dans cette mesure au moins, la garnison de Metz a exécuté les ordres donnés par Hitler.

Au début du mois de décembre, les forts encerclés par les troupes américaines depuis le 16 novembre 1944 tiennent toujours, mais les vivres et les munitions sont maintenant comptées. Le fort Prinz Friedrich-Karl tenu par le colonel Von Stössel, qui comptait encore 600 hommes, et le fort Alvensleben, commandé par le colonel Vogel, qui en comptait encore 200, se rendent finalement les 6 et 7 décembre 1944, à la 5e division d’infanterie du général Irwin, soit deux semaines après la reddition des troupes allemandes à Metz. Par un des hasards de la guerre, le fort Kronprinz commandé par le colonel Richter, et ses 610 officiers et hommes de troupe, capitule devant la 5e Infantry Division, quinze minutes avant que celle-ci ne soit relevée. Il est suivi bientôt par le fort Kaiserin, tenu par les 500 hommes du Major Hans Voss, le 13 décembre 1944. Le fort Jeanne d’Arc, sans doute parce qu’il était commandé par l’état-major de la 462e Volks-Grenadier-Division et défendu par un bataillon de fusiliers, fut donc le dernier des forts de Metz à se rendre, après trois mois de siège.

Pour conclure, la résistance allemande, déterminée, les intempéries et les inondations, inopportunes, ainsi qu’une tendance générale à mésestimer la puissance de feu des fortifications de Metz, ont contribué à ralentir l’offensive américaine, donnant l’occasion à l’armée allemande de se retirer en bon ordre vers la Sarre, pour y organiser une nouvelle ligne de défense sur la ligne Siegfried. L’objectif de l’État-major allemand, qui était de gagner du temps en fixant le plus longtemps possible les troupes américaines en avant de la ligne Siegfried, sera donc largement atteint.

Etiquetas: ,

Dubai (stad)

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Dubai (ook wel Doebai) (Arabisch:دبي ; in het Arabisch uitgesproken als Doe-bei-i) is een stad in de Verenigde Arabische Emiraten (VAE) en de hoofdstad van het gelijknamige emiraat met 2,1 miljoen inwoners.

Van de vroegste geschiedenis van Dubai is niet veel bewaard gebleven, op enkele sporen van bewoning rond 2000 v. Chr. na, in Jumeirah en Al-Qusais. Uit documenten uit de 4e eeuw blijkt dat de Grieken aanwezig zijn geweest in de regio. De traditionele activiteiten waren vee hoeden, planten kweken en vissen. Maar men ging ook handelen: de strategische ligging zorgde ervoor dat Dubai in de oudheid reeds een belangrijke handelspost was tussen de landen aan de Perzische Golf en het Indisch Subcontinent.

Dankzij die gunstige ligging kon Dubai vanaf de 15e eeuw een belangrijke rol spelen op de handelsroute van Europa naar India. Dubai werd het middelpunt van de strijd tussen plaatselijke machten en Europese imperialisten. Zowel de Perzen, de Portugezen, Hollanders en Britten hebben korte of langere tijd (delen van) het huidige emiraat Dubai bezet. In 1622 werden de Portugezen, die handelsposten in de stad hadden, verdreven. In de 18e eeuw probeerden ze de macht in de regio terug te krijgen, maar het waren de Britten die er in 1766 in slaagden de heerschappij over de handelsroutes in het gebied te verwerven.

Het oudste gebouw in Dubai, het Al Fahidi Fort, stamt uit 1787 en was de residentie van de heersers van Dubai. Het was ook lange tijd een gevangenis en is sinds 1972 een museum, dat een overzicht geeft van de geschiedenis van het emiraat.

Omstreeks 1830 werd Dubai ingenomen door de Bani Yasstam uit de Liwa Oase onder leiding van de familie Al Maktoum, die nog steeds heersen in het emiraat. Zij zagen de potentie van de strategische ligging van het Arabische schiereiland in combinatie met de mogelijkheden van de Khor Dubai als natuurlijke haven. Zij ontwikkelden het gebied rondom de kreek verder tot een bloeiende havenplaats door er te vissen met zelfgemaakte vissersboten, er parels op te duiken en handel te drijven waarvoor typische Arabische schepen, dhows, gebruikt werden. Eind 1800 schonk toenmalige leider Ibn Hasher Al Maktoum belastingvrijheid aan alle buitenlandse handelaars, waardoor Dubai de belangrijkste internationale transithaven aan de Golf kon worden. In 1892 kwam Dubai onder het gezag van de Britten en werd het een onderdeel van de zogenaamde “Verdragsstaten”. In het begin van de 20e eeuw had de haven zich ontwikkeld tot een belangrijk commercieel centrum in de regio. Ruim 350 handelaren hadden een winkel geopend in de plaatselijke soek in het stadsdeel Deira aan de noordoever van de kreek. In de jaren vijftig van de 20e eeuw liet Sheikh Rashid Bin Saeed Al Maktoum de kreek uitbaggeren zodat deze beter toegankelijk werd voor grotere schepen.

Pas in 1971 was er weer sprake van onafhankelijkheid en werden de Verenigde Arabische Emiraten gecreëerd, met voor elk van de zeven emiraten (waaronder Dubai) een bepaalde mate van autonomie.

In 1966 werd aardolie gevonden en in 1969 startte de productie en export van olie. De staatsinkomsten stegen spectaculair. Vanaf circa 1990 werden de olieopbrengsten aangewend voor de uitbreiding van de stad en een oriëntatie op de andere inkomstenbronnen voor de toekomst, namelijk het toerisme en de financiële dienstverlening. De olieopbrengsten voor Dubai zijn immers eindig, doordat de voorraden op zullen raken.

De stad Dubai ligt aan de noordzijde van het grondgebied van het gelijknamige emiraat. De stad wordt doorsneden door een kreek, de Khor Dubai (vaak Dubai Creek of kortweg The Creek genoemd), een smalle baai van de Perzische Golf. Het zoute water van de Golf vloeit tot zo’n 12 kilometer landinwaarts. Aan het einde van de kreek ligt het Ras Al Khor Wildlife Sanctuary, een groot vogelreservaat. Rond 1950 werd de Khor Dubai uitgebaggerd en vergroot en is nog steeds de haven voor stukgoed met veelal houten schepen. Daarnaast varen er watertaxi’s (Abra’s genaamd). Over het water liggen diverse bruggen en een tunnel voor het wegverkeer. Ten noordoosten van de Dubai Creek bevindt zich het stadsdeel Deira en op de andere oever ligt Bur Dubai.

In het noordoosten grenst de stad aan het emiraat Sharjah. Veel buitenlanders die werken in Dubai wonen in dit nabijgelegen emiraat omdat de huren daar lager zijn.

Dubai heeft een droog en heet woestijnklimaat. De hoge luchtvochtigheid, vooral in de zomer maar ook in de winter, maakt dat het in de stad erg klam en benauwd aan kan voelen.

Dubai is al lang een belangrijke stad op de handelsroute naar het westen, onder meer voor de vrijhandel in goud. Maar zijn echte rijkdom dankt Dubai aan de aardolie die in 1966 in de grond werd gevonden. Tegenwoordig wordt nog maar 5% van het geld in Dubai verdiend aan olie. De toeristenindustrie is nu een van de sectoren waar veel in geïnvesteerd is en wordt. Verder ontwikkelt Dubai zich ook in de financiële dienstverlening, ICT en het zijn van een schakel in de lucht- en vrachtverbindingen tussen Azië en Europa. In 2005 verwerkte de internationale luchthaven meer dan 12 miljoen passagiers, in 2009 al 40 miljoen.

De ambities van de stad leken geen grenzen te kennen, totdat in 2009 de financiële crisis ook hier toesloeg. Vastgoedprijzen kelderden en grote bouwprojecten werden uitgesteld of in sommige gevallen halverwege gestopt. Bouwwerkzaamheden aan een aantal grote wolkenkrabbers staan stil door geldtekort. Toch wordt er ook nu nog steeds veel gebouwd in de stad.

Dubai wordt wel het ‘winkelcentrum van het Midden-Oosten’ genoemd. In de stad zijn meer dan 70 winkelcentra, waaronder het grootste ter wereld: de Dubai Mall. Ook zijn er verschillende soeks. Moderne, zoals de Souk Madinat en traditionelere zoals de Spice Souk en de Gold Souk (beiden in het stadsdeel Deira, aan de Dubai Creek).

Toerisme is een belangrijk onderdeel van de strategie van Dubai om inkomsten te blijven genereren, ook als de olievoorraad in de toekomst op is. In 2010 stond de stad op de 7e plaats van meest bezochte steden ter wereld, met 7,6 miljoen bezoekers per jaar, is de verwachting dat dit aantal verder zal groeien.

De eerste wolkenkrabber van de stad was het Dubai World Trade Center dat werd gebouwd in 1978. Toentertijd was dat het hoogste gebouw van het Midden-Oosten. Eind jaren negentig begon men aan steeds meer grote bouwprojecten en vooral sinds 2005 zijn er meer en meer wolkenkrabbers bij gekomen. Dubai heeft de meeste gebouwen van meer dan 300 m hoogte fabric lint shaver, én de meeste gebouwen die hoger zijn dan 200 m van alle steden ter wereld. In 2012 waren er 363 nieuwe wolkenkrabbers in aanbouw. Vanwege de wereldwijde financiële crisis ligt de bouw bij een niet onbelangrijk aantal van deze projecten stil.

De opmerkelijke skyline van Dubai wordt gedomineerd door de 828 m hoge Burj Khalifa, het hoogste gebouw ter wereld. In Dubai zijn ook onder andere de hoogste woontoren (Princess Tower) en het hoogste hotel (JW Marriott Marquis Dubai Towers) te vinden. De Dubai Marina staat vanwege het grote aantal vlak naast elkaar gebouwde wolkenkrabbers bekend als ‘the worlds tallest block’. Plannen om een reusachtige wolkenkrabber bij Dubai Marina te bouwen, de 1200 meter hoge Nakheel Tower, zijn vanwege financiële problemen gewijzigd.

Voor de kust zijn en worden verschillende kunstmatige palmeilanden aangelegd.

Het eiland Palm Jumeirah, met onder andere het hotel Atlantis The Palm coolest football jerseys, is gereed. Een ander palmeiland, Palm Jebel Ali, is al voltooid maar nog niet bebouwd (op een modelvilla na). In een halve cirkel om dat eiland heen moet ooit het Dubai Waterfront worden gebouwd, bestaand uit tien hoofdsectoren, waaronder Madinat Al Arab, dat het nieuwe Central Business District moet worden. Dit project zal een aanzienlijk stuk land opleveren, zeven keer groter dan Manhattan. Ten slotte is er het plan om een eiland bij het oude stadsdeel Deira genaamd Palm Deira aan te leggen. Oorspronkelijk zou ook dit eiland de vorm van een palmboom krijgen. Maar deze geplande vorm is inmiddels losgelaten.

Een ander project, The World, dat ook voor de kust van Dubai wordt aangelegd, is een serie van kunstmatige eilanden in de vorm van de wereld met de verschillende continenten. Ten slotte moet The Universe een groep eilanden worden die de vorm hebben van een zon met zonnestralen, planeten en de Melkweg. Ook Jumeira Beach, een stuk strand waar projectontwikkelaars grote hotelresorts en luxueuze huisvestingsmogelijkheden creëren, is kunstmatig aangelegd. Aan dit stuk strand ligt onder andere het 321 meter hoge Burj Al Arab, het duurste hotel ooit gebouwd (hoewel de bouwkosten nooit officieel bekendgemaakt zijn), met suites die tot 100.000 dollar per nacht kosten. Het hotel claimt een zevensterrenstatus te hebben en is daarmee samen met het Emirates Palace Hotel in Abu Dhabi de enige ter wereld.

In Dubai lijkt alles groot, groter, grootst te moeten zijn. Behalve de hoogste wolkenkrabber heeft Dubai ook de grootste golfbaan ter wereld, de grootste fontein, het grootste themapark, het grootste winkelcentrum (Dubai Mall) met daarin het grootste aquarium ter wereld, de grootste overdekte skihal (400 meter) ter wereld in de woestijn en is Al Maktoum International Airport in aanbouw, dat als het klaar is het grootste vliegveld ter wereld zal zijn.

In augustus 2013 werden plannen bekendgemaakt voor het eerste onderwaterhotel van Dubai, het ‘Water Discus Hotel’. Dit zal het grootste onderwaterhotel ter wereld moeten worden. Het Atlantis The Palm hotel in Dubai heeft momenteel al twee onderwatersuites.

Het metronetwerk van Dubai is modern en werd gedeeltelijk geopend in 2009. Momenteel bestaat het uit twee lijnen (de rode en de groene lijn). Aan de huidige lijnen wordt nog steeds gewerkt. Zo zijn nog niet alle stations geopend. Ook zijn er uitbreidingen gepland aan de bestaande lijnen en zouden er op termijn nog twee andere lijnen (de blauwe en paarse lijn) bij moeten komen. De metrostellen zijn computergestuurd en rijden dus zonder bestuurder en hebben allemaal een gedeelte dat alleen bestemd is voor gezinnen en vrouwen. Bijzonder voor een wereldstad als Dubai is dat de metro op vrijdagochtend niet rijdt omdat de vrijdag de Islamistische rustdag is.

De Palm Jumeirah Monorail verbindt het eiland Palm Jumeirah met het vasteland. Er zijn plannen om de lijn door te trekken naar het nabijgelegen metrostation om passagiers een makkelijke overstap te kunnen bieden. Nu moeten reizigers van het metrostation naar het monorailstation nog een taxi of bus nemen. Op 30 april 2009 werd de monorail in gebruik genomen.

Er wordt gewerkt aan de Al Sufouh tramlijn (van Dubai Marina via de Burj Al Arab naar de Mall of the Emirates) en er zijn plannen voor een tramlijn die het gebied rond de Burj Khalifa moet ontsluiten.

Dubai beschikt over een uitstekend wegennetwerk. Een aantal hoofdwegen verbinden de verschillende delen van de stad met elkaar en met omliggende emiraten. De Sheikh Zayed Road is hiervan de bekendste en loopt dwars door Dubai vanaf het vliegveld naar Abu Dhabi. Veel van de bekende wolkenkrabbers van Dubai staan aan deze weg.

In en om de stad rijden meer dan 2000 publieke bussen over 140 routes. De busservice wordt uitgevoerd door de RTA. Om het wachten op de bus te veraangenamen en het gebruik van de bus te stimuleren zijn er bij veel bushaltes afgesloten wachtruimtes met airconditioning gebouwd. De RTA is ook verantwoordelijk voor het uitgeven van de taxi licenties. Alle taxi’s in Dubai zijn crèmekleurig met een gekleurd dak. De verschillende kleuren daken zijn van de verschillende taxibedrijven. De taxi’s van de RTA zelf hebben rode daken en zijn veruit in de meerderheid. Daarnaast zijn er vier andere taxibedrijven (oranje, gele, blauwe en groene daken) en speciale taxi’s voor vrouwen met roze daken met alleen vrouwelijke chauffeurs. In 2009 maakten meer dan 140 miljoen passagiers gebruik van de ruim 3000 taxi’s in Dubai. Daarnaast is er een verhoogde metrolijn langs de gehele kust en de hoofdsnelweg aangelegd met stations die voorzien zijn van airconditioning. Sinds november 2014 rijdt er ook een tramlijn op straatniveau bij Dubai Marina.

Dubai International Airport (IATA: DXB) is de hub en thuishaven van Emirates, de nationale luchtvaartmaatschappij van de Verenigde Arabische Emiraten. Het bestaat uit drie terminals. De terminal van Emirates (terminal 3) heeft een speciaal gedeelte waar hun vloot Airbus A380’s gebruik van kan maken. Voornamelijk in de drukke late avonduren is het aanbod van landende en vertrekkende vliegtuigen zo groot dat er wachttijden ontstaan en aankomende vliegtuigen soms lang rondjes moeten vliegen voordat ze aan de beurt zijn om te landen.

Een tweede luchthaven, Al Maktoum International Airport (IATA: DWC), is in aanbouw en inmiddels deels in gebruik. Uiteindelijk moet dit de nieuwe thuishaven van Emirates gaan worden. Als het af is, zal het de grootste luchthaven ter wereld zijn. Met 5 landingsbanen, 4 terminals en een capaciteit van 160 miljoen passagiers en 12 miljoen ton vracht per jaar. Tot op heden wordt deze nieuwe luchthaven beperkt gebruikt en met name voor vrachtvervoer. Eind 2013 hebben de eerste passagiers gebruikgemaakt van het vliegveld. Het nieuwe vliegveld maakt deel uit van het grote project Dubai World Central.

Er zijn twee grote havens in/bij Dubai: Port Rashid en de haven van Jebel Ali. Deze laatste is de grootste kunstmatig aangelegde haven ter wereld, de grootste haven van het Midden-Oosten en een van de tien drukste havens ter wereld. Een traditionele manier om de Dubai Creek over te steken is met een Abra, een kleine boot. Tevens zijn er in Dubai waterbussen met airconditioning en varen er watertaxi’s.

Etiquetas: ,

Ehsan Yarshater

Posted by darren - marzo 30th, 2017

Ehsan Yarshater (persisk: احسان يارشاطر) (født 3. april 1920 i Hamadan i Persia (Iran)) er en av verdens fremste iranister large bpa free water bottles. Han er leder for The Center for Iranian Studies og professor emeritus i iranske språk ved Columbia University. Yarshater er også redaktør for Encyclopædia Iranica og forfatter til et tyvetalls bøker på engelsk og persisk om Irans kultur, historie og religion. Yarshater har fått flere internasjonale utmerkelser for sin sitt akademiske arbeid, blant annet Unesco-prisen (1958).

Yarshater er født og oppvekst i en bahaifamilie, men har som voksen tatt avstand fra bahai.

Fakhr al-din Araqi&nbsp

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;· Nizami Aruzi · Farid ud din Attar · Avicenna · Abu Rayhan Biruni · Abu-Mansur Daqiqi · Ferdousi · Hafez · Ibn Khordadbeh · Omar Khayyám · Nizam al-Mulk · Rudaki · Rumi · Sa’di · Obeyd Zakani · Zarathustra

Mahmoud Dowlatabadi · Simin Daneshvar · Forugh Farrokhzad · Sadeq Hedayat  · Iraj Mirza · Shahrnush Parsipur

Mary Boyce · Ashk Dahlén · Richard Nelson Frye · Sven Hedin · Finn Thiesen · Georg Morgenstierne · Prods Oktor Skjærvø · Ehsan Yarshater

· · · · · ·

Etiquetas: ,

« Previous Entries  

MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet Centrado en la moda la cultura las entrevistas y la alta cocina